Les chaînes ont-elles le droit de modifier leurs grilles de programmes à tout moment?

Films, documentaires, émissions sportives ou magazines d’information, les chaînes construisent librement leurs grilles de programmes suivant une ligne éditoriale bien définie.

Celle-ci est établie en fonction :

  • de la nature du programme inscrit dans leur convention ou, dans le cas des chaînes publiques, de leur cahier des missions et des charges,
  • des différents rythmes et attentes du public,
  • de l’heure et du jour de la semaine,
  • des périodes de vacances et de fêtes.

Afin de garantir au maximum leur stabilité dans un contexte de vive concurrence, les grilles de programmes doivent être annoncées au plus tard 18 jours avant leur diffusion et ne plus être modifiées dans un délai inférieur à deux semaines (14 jours).

Pour autant, certaines circonstances exceptionnelles peuvent autoriser les chaînes à changer tardivement leur programmation :

  • un événement sportif ;
  • un événement nouveau lié à l'actualité ;
  • un problème lié aux droits protégés par le Code de la propriété intellectuelle ;
  • une décision de justice ;
  • un incident technique ;
  • un intérêt manifeste pour le public décidé après concertation entre les chaînes concernées ;
  • une baisse d'audience significative des premiers numéros ou épisodes d'une série de programmes.

En raison de l’épidémie de coronavirus et des mesures de confinement mises en place par le Gouvernement, tous les tournages de films et de séries sont momentanément suspendus. Pour préserver leur santé et celle de leurs proches, les acteurs de l’audiovisuel ont considérablement réduit leur activité, en favorisant notamment le télétravail. La réalisation des magazines et des divertissements, qui étaient habituellement tournés en public, a été revue (tournage depuis le domicile de l’animateur ou en effectifs très réduits), voire reportée.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Pour assurer la continuité de leurs antennes, les chaînes n’ont pas d’autre choix que de revoir leur grilles de programmes : certaines émissions sont prolongées, telles que les journaux d’information, d’autres raccourcies, pour couvrir un plus grand nombre de semaines. De nombreux programmes ont été suspendus et certaines diffusions ont dû être annulées, telles que celle des événements sportifs. En revanche, plusieurs chaînes ont proposé des rediffusions de films de patrimoine, notamment, susceptibles de réunir un public familial devant le petit écran.                                                                                                                                                                                                                                                                                          À l’instar des éditeurs privés, France Télévisions a procédé à des modifications de programmation sur l’ensemble de ses antennes. Le groupe public a largement modifié sa programmation pour assurer la continuité des missions de service public durant cette crise sanitaire. Plusieurs ajustements de grilles (allongement des journaux télévisés, nouveaux programmes d’information, nouvelles émissions pédagogiques, diffusion de programmes patrimoniaux et culturels) illustrent la poursuite de cette mission essentielle. Ainsi, depuis le 23 mars 2020 dans le cadre de l’opération « Nation apprenante », France 4, la chaîne jeunesse de France Télévisions avec le partenariat du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse, a profondément modifié la composition de sa grille de programmes pour mettre à la disposition des professeurs, des élèves et de leurs familles des émissions éducatives en lien avec les programmes scolaires.

En outre, sauf contraintes liées à la diffusion d'émissions en direct, les chaînes sont tenues de respecter les horaires de diffusion préalablement annoncés.

A consulter aussi

Courrier de Roch-Olivier Maistre aux éditeurs de services et aux syndicats de radios et télévisions

Cette réponse vous a-t-elle aidé ? /

QUESTIONS ASSOCIÉES