Santé publique

« L’obésité est une maladie qui se soigne », le CSA partenaire des journées mondiales de l’obésité

Publié le

Depuis 2009, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) informe et sensibilise le secteur audiovisuel à ce problème de santé publique majeur.

En France, on estime que 7 millions de personnes sont en situation d’obésité. Dans le même temps, 6 Français sur 10 sont persuadés que l'obésité n'est due qu'à une mauvaise alimentation et à un manque d'activités physiques. Or, l'obésité est multifactorielle : génétiques, psychologiques, métaboliques ou environnementaux.

Lutter contre les idées reçues, la sédentarité, encourager la pratique d’exercice physique, font partie des actions à mener par les médias audiovisuels en faveur de comportements favorables à la santé.

Pour en savoir plus sur l’obésité en France.

Chaque année, le CSA sensibilise le secteur audiovisuel

Pour le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), l’audiovisuel doit jouer un rôle pédagogique pour encourager les bons comportements, surtout en ce qui concerne l’alimentation et l’hygiène de vie des plus jeunes. Conformément à la loi, le CSA veille à ce que le développement du secteur audiovisuel s'accompagne d'un niveau élevé de protection de l'environnement et de la santé de la population.

Pour lutter contre cette maladie, le CSA sensibilise chaque année les acteurs du secteur audiovisuel sur la question de l’obésité. Il encourage les chaînes de télévision et de radio à relayer les campagnes de sensibilisation et à diffuser des émissions promouvant une bonne hygiène de vie, une alimentation saine et une pratique sportive régulière.

Le CSA partenaire du CNAO

Partenaire engagé du Collectif national des associations d’obèses (CNAO), le CSA renouvelle son soutien aux nombreuses initiatives mises en place pour les Journées mondiales de l’obésité, qui auront lieu sur tout le territoire les 3, 4, 5 et 6 mars 2021.

Consultez le programme du CNAO des Journées mondiales de l’obésité 2021.

Les affiches de la campagne

Les spots de la campagne

Vidéo

Audio

En 2020, le CSA a élaboré avec les acteurs concernés, une charte alimentaire qui engage les médias et les acteurs du secteur de la publicité

Le CSA a publié, en janvier 2020, une charte visant à promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé dans les programmes audiovisuels et les publicités (2020-2024), élaboré en lien avec les acteurs concernés.

Parmi les engagements de cette charte, signée au CSA par les principaux médias audiovisuels et acteurs de la publicité, figurent des actions spécifiques notamment concernant la lutte contre l’obésité.

Deux chartes alimentaires couvraient respectivement les périodes 2009-2013 et 2014-2019.

Une première version de la charte a été signée en 2009 par les ministres compétents, les chaînes de télévision, les organisations professionnelles intéressées et le CSA. Une seconde charte a été signée le 21 novembre 2013. Elle renforçait les engagements pris en matière de lutte contre l’obésité et de prévention des maladies cardio-vasculaires. Cette charte a pris en compte de nouveaux modes de diffusion de la télévision (sites internet et télévision de rattrapage) et son périmètre a été élargi aux chaînes des territoires ultramarins, où l’épidémie d’obésité est particulièrement importante.

Dans son dernier rapport relatif à l’application de ces textes, paru en décembre 2020, le CSA a constaté le respect constant des engagements sur l’ensemble des années d’application des deux chartes alimentaires.

La nouvelle charte signée en janvier 2020 a pour objectif de réduire efficacement l'exposition des enfants aux communications commerciales audiovisuelles relatives à des denrées alimentaires ou des boissons contenant des nutriments ou des substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique (notamment les matières grasses, les acides gras trans, le sel ou sodium et les sucres) dont la présence en quantités excessives dans le régime alimentaire global n'est pas recommandée. Il repose sur une conception de l’alimentation comme pouvant être favorable à la santé et promeut plus largement les bons comportements (lutte contre la consommation excessive, valorisation de l’activité physique et sportive, etc.). Il est plus ambitieux dans les engagements pris par ses signataires et s’efforce de mieux viser des publics cibles (personnes en situation de précarité, jeunes, populations ultramarines, etc.). Enfin, il encourage les initiatives en faveur de l’éducation à la santé et de l’information des consommateurs et invite les autorités de santé à renouveler leurs opérations de communication et les actions de conseil auprès des diffuseurs.

Cette nouvelle charte s’inscrit dans les objectifs visés par l’article 9 de la Directive Services Médias Audiovisuels et est ouverte à de nouveaux acteurs volontaires (radios, plateformes numériques notamment au travers de leurs régies, publicité extérieure, etc.) afin d’en améliorer la portée. Elle entend également faciliter les échanges entre les signataires. Elle est enfin dotée de nouveaux outils méthodologiques d’évaluation de ses effets afin de mieux valoriser ces derniers.

L’ensemble de ces éléments donnera lieu à un rapport rédigé par le CSA, présenté chaque année au Conseil national de l’alimentation puis, transmis au Parlement. Le premier rapport d’application de cette nouvelle charte alimentaire interviendra au printemps 2021.

Retrouvez toutes les actions du CSA pour la santé publique.