Santé publique

« L’obésité n’est pas un choix de vie », le CSA partenaire de la Journée mondiale contre l’obésité

Publié le

Maladie reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé, l’obésité touche plus de 7 millions de personnes en France. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, partenaire de la Journée mondiale de lutte contre l’obésité, remplit son rôle d’information et de sensibilisation du secteur audiovisuel à ce problème de santé publique majeur. 

Encourager les bons comportements, la mise à l’antenne d’émissions promouvant une bonne hygiène de vie, informer le grand public et proposer des solutions, tels sont les objectifs de la Journée mondiale contre l’obésité (world obesity day) de ce mercredi 4 mars 2020 dont le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est l’un des partenaires les plus engagés et ce, chaque année depuis 2010.

Définition

On définit le surpoids et l’obésité comme : « une accumulation anormale ou excessive de graisse qui peut nuire à la santé ».

Pour parler d’obésité, l’indice de masse corporel (IMC) –qui correspond au poids en kilogrammes divisé par le carré de la taille en mètres- doit être égal ou supérieur à 30, égal ou supérieur à 25 dans le cas du surpoids. 

L’obésité, une épidémie mondiale

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’obésité a atteint les proportions d’une épidémie mondiale. Même s’il touche désormais gravement les pays pauvres ou en développement, qui parfois cumulent surpoids et malnutrition, le problème de l’obésité concerne, toujours et en priorité, les pays à revenu élevé tel que la France.

En France, l’obésité touche plus de 7 millions de personnes à ce jour.

Dans le monde, l’obésité compte parmi les trois principales causes de décès avec 4 millions de morts chaque année, selon une projection de la Banque mondiale. 15 millions de personnes dans le monde meurent avant l’âge de 70 ans à cause des pathologies chroniques liées au surpoids.

L’obésité chez l’enfant

L’obésité chez l’enfant représente de graves problèmes de santé publique. Les enfants en surpoids sont en effet davantage susceptibles de souffrir de diabète ou de maladies cardio-vasculaires une fois parvenus à l’âge adulte.

En France, près d’1 adolescent sur 5 est en surpoids, selon une enquête menée en 2017 dans les classes de 3e de collèges. D’après la même enquête, les filles feraient moins de sport et sauteraient des repas et seraient ainsi plus concernées que les garçons par les problèmes liés à l’obésité.  

D’après Anne-Sophie Joly, présidente du Collectif national des associations d’obèses « il y a parfois une prédisposition génétique », si l’un des deux parents est concerné par des problèmes de surpoids.

Les mauvaises habitudes des enfants en matière d’alimentation et d’exercice physique sont par ailleurs directement influencées par leur environnement et les comportements. « Il y a différents facteurs (…) l’activité physique, l’alimentation, le fait de manger ou de ne pas manger ou de cumuler des régimes restrictifs », précisait Anne-Sophie Joly.

Lutter contre la sédentarité, encourager la pratique d’exercice physique ou encore réduire le temps d’exposition aux écrans font à ce titre partie des actions à mener par les médias audiovisuels en faveur de comportements favorables à la santé.

Valorisation de l’activité physique

L’obésité est généralement le résultat d’un déséquilibre entre les calories consommées et les calories dépensées. La diminution de l’exercice physique conduit à un déséquilibre et à une prise de poids. Selon l’OMS, la pratique d’exercice physique régulier, à raison d’au moins 150 minutes par semaine, permet de réduire significativement le risque de maladies cardio-vasculaires.

Le CSA publie une charte alimentaire qui engage médias et publicitaires

Le CSA a publié, en janvier 2020, une charte visant à promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé dans les programmes audiovisuels et les publicités (2020-2024).  

Parmi les engagements de cette charte, signée au CSA par les principaux médias audiovisuels et acteurs de la publicité, figurent des actions complémentaires notamment concernant la lutte contre l’obésité.

Afin de créer un environnement sain et d’encourager les bonnes pratiques physiques et alimentaires,  télévisions et radios volontaires sont invitées à, entre autres :

  • Ne pas valoriser la maigreur dans les contenus des programmes qu’ils diffusent.
  • Prendre en compte la diversité des corpulences sans stigmatiser le surpoids.

Consultez et téléchargez ci-dessous la Charte visant à promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé dans les programmes audiovisuels et les publicités (2020-2024)

Annexe visant à promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé dans les programmes audiovisuels et les publicités (2020- 2024)

La campagne de sensibilisation du CNAO

Le Collectif national des associations d’obèses réalise chaque année une campagne d’intérêt général oeuvrant à lutter contre l’obésité et la stigmatisation des personnes en surpoids :

Vidéo

Spots radios

Affiches

affiche JMO 2020 femme
affiche JMO 2020 homme