Télévision

Le CSA remet son rapport au Parlement sur l'intensité sonore à la télévision

Publié le

Chaque année, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) procède à des mesures de vérification de l'intensité sonore sur un échantillon de chaînes.

Le présent rapport rappelle le cadre juridique dans lequel s’inscrit la question de l’intensité sonore en télévision et la méthodologie définie. Il présente ensuite les résultats de la campagne de mesures menée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pendant l’année 2018, pour évaluer la conformité des chaînes aux dispositions de la délibération du 19 janvier 2011.

>> Téléchargez le Rapport au Parlement sur l'intensité sonore à la télévision - Année 2018.

« Les chaînes de télévision respectent un volume sonore égal, qu'il s'agisse des programmes télévisés ou des pages d'écrans publicitaires. Chaque année, le Conseil supérieur de l'audiovisuel remet au Parlement un rapport sur le respect par les chaînes de télévision de cette obligation ». Article 177 de la loi 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement.

Qu'est ce que l'intensité sonore ?

L'intensité sonore représente le volume sonore perçu par l'auditeur.

A volume égal, un son aigu est plus intensément perçu par l'oreille qu'un son grave, de même pour un son prolongé dans le temps.

Méthodologie du rapport

Sur un échantillon d'une dizaine de chaînes, chaque année le CSA mesure plusieurs paramètres :

  • L'intensité sonore moyenne journalière.
  • L'intensité moyenne des échantillons audiovisuels.
  • L'intensité de courte durée pour les messages publicitaires.

Bilan des campagnes de mesure réalisées

Le nombre de chaînes présentant des difficultés de maîtrise de l'intensité sonore est en baisse. Jusqu'en 2014, la moitié des chaînes mesurées présentaient encore des difficultés. En 2018, une seule chaîne parmi les dix mesurées en présente.

Le « volume » sonore excessif des publicités était jusqu’en 2011 le sujet de plainte le plus récurrent qui soit reçu par le CSA. Le nombre de plaintes relatives au son à la télévision a ensuite été divisé par 5 en 3 ans, en raison de l’amélioration de la qualité sonore, à laquelle les campagnes de mesure du CSA ont pu contribuer.