Handicap et Télévision - Bilan 2017 et actions 2018 du CSA

Date de publication : mardi 29 mai 2018


Mieux prendre en compte les besoins du public en matière d’accès aux programmes et encourager la représentation du handicap à l’antenne

 

Comme chaque année, le CSA a assuré en 2017 un suivi du respect des obligations des chaînes en matière d’accessibilité des programmes télévisés aux personnes souffrant de déficience auditive ou visuelle. Pour être au plus près des attentes et des besoins du public, et au-delà du respect de ces obligations légales, le CSA développe depuis plusieurs années des relations plus étroites avec les acteurs de la société civile, dans différents secteurs, dont celui du handicap. En 2008, 2011 et 2015 il a élaboré et fait adhérer à trois chartes relatives à la qualité, respectivement, de l’audiodescription, du sous-titrage et de la Langue des Signes Française (LSF).

 

En juin et juillet 2017, il a, entre autres, organisé deux cycles d’audition réunissant les chaînes de télévision et les associations de personnes en situation de handicap visuel et auditif. Il a aussi poursuivi son action pour améliorer la représentation du handicap à l’antenne.

C’est donc le panorama des actions des chaînes de télévision et du CSA dont rend compte chaque année le rapport Accessibilité des programmes de télévision et la représentation du handicap à l’antenne.

 

En 2017, si l’augmentation des volumes de publicité, téléachat et bandes-annonces diffusés a contribué à la baisse des volumes annuels de programmes  sous-titrés pour huit des onze chaînes ayant l’obligation de sous-titrer l’ensemble de leurs programmes, on note aussi une présence insuffisante de programmes interprétés en Langue des Signes Française (LSF).

Par ailleurs, certains fournisseurs d’accès à internet ne reprennent pas les flux d’accessibilité alors qu’ils sont proposés par les chaînes de télévision et accessibles sur la TNT.

 

Enfin les SMAD (Services de médias audiovisuels à la demande) sont insuffisamment accessibles. Sur neuf groupes interrogés, seulslement trois proposent des contenus accessibles sur leurs propres SMAD (France Télévisions, M6 et Lagardère).

 

Fort de ces constats, le CSA présente aussi dans le rapport, les actions qu’il souhaite mener ou développer tout au long de l’année 2018 sur le sujet.

Engager des actions communes avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Madame Sophie Cluzel, notamment comme la rédaction d’une charte sur la représentation du handicap dans les médias audiovisuels pour parvenir à ce qu’elle soit améliorée, tant quantitativement que qualitativement ; poursuivre son soutien et sa participation soutenir et participer à l’opération « Duo Day »

Renouveler l’expérience d’audiodescription menée en 2016, lors de l’Euro de football, à l’occasion de la Coupe du Monde de football féminin des moins de 20 ans (en France, du 5 août au 24 août 2018) et de la Coupe du Monde de football féminin (en France, du 7 juin au 7 juillet 2019). Un dispositif d’audiodescription pour les spectateurs souffrant de déficience visuelle et présents dans les stades avait été mis en place à cette occasion et sera reconduit pour les deux prochains événements sportifs

Associer le ministère de l’Éducation Nationale à la charte « handicap » pour amplifier la mise en accessibilité des locaux et des formations des écoles conduisant aux métiers de l’audiovisuel. Il lui sera proposé d’en devenir signataire.

 

En savoir plus

- La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui a inséré plusieurs alinéas à la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication.

Cette dernière confie au CSA la mission de veiller à l’accessibilité des programmes télévisés.