La diversité à la radio

Les opérateurs radiophoniques du service public 

Les radios du groupe Radio France doivent mettre en application différentes actions que le cahier des missions et des charges prévoit ci-dessous :

« La société participe aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations.

Elle prend en compte, dans la représentation à l'antenne, la diversité des origines et des cultures de la communauté nationale.

Elle veille à ce que ses programmes donnent une image la plus réaliste possible de la société française dans toute sa diversité.

Elle accorde également une attention particulière au traitement à l'antenne des différentes composantes de la population.

De façon générale, elle promeut les valeurs d'une culture et d'un civisme partagés. »

Cette disposition du cahier des missions et des charges reprend pour l’essentiel le texte de l’article 3-1 de la loi du 30 septembre 1986.

Il donne pour mission à la société Radio France de traduire à travers les programmes diffusés la diversité de la société française dans son acception la plus large.

Les opérateurs radiophoniques privés

Les conventions des opérateurs radiophoniques privés ne contiennent aucune disposition imposant aux radios de prendre en compte à l’antenne la diversité de la société française.

Les seules dispositions existantes concernent les aspects déontologiques imposant notamment aux éditeurs de veiller dans leur programme « à ne pas encourager des comportements discriminatoires à l’égard des personnes en raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » et « à promouvoir les valeurs d'intégration et de solidarité qui sont celles de la République. »

Une première étude a été menée en 2010 afin d’évaluer l’éventualité d’une transposition du baromètre de la diversité au média radiophonique. Outre la méthode d’hétéro-désignation qui correspond à la perception, par un tiers indexateur, des intervenants à l’antenne, plusieurs hypothèses ont été examinées. L’Observatoire est cependant arrivé à la conclusion qu’à l’heure actuelle, hormis le critère du genre, le baromètre de la diversité n’est pas transposable à la radio, notamment du fait de la complexité d’analyse des données relatives à l’origine, aux catégories socioprofessionnelles et au handicap.

Afin de sensibiliser l’univers radiophonique à la nécessité de mieux représenter la diversité de la société française sur les antennes, le CSA a inséré dans les nouvelles conventions des opérateurs privés à Europe 1, RMC et RTL, une stipulation portant sur la représentation de la société française. Cette stipulation impose à ces trois opérateurs radiophoniques de rendre compte, annuellement, des actions menées pour promouvoir la diversité auprès du CSA.

Enfin, par décision du collège plénier en date du 16 septembre 2015, le CSA a modifié sa délibération du 10 novembre 2009, afin d’y intégrer les radios qui souhaitent s’y soumettre. Ainsi, tout éditeur radiophonique qui y consentirait sera soumis à la délibération. Une modification de leur convention sera nécessaire pour donner une valeur conventionnelle à la prise annuelle d’engagements.