Protéger des contenus inappropriés sur Internet

Sur les sites de  vidéos à la demande

Sur les nombreux sites de vidéos à la demande et de télévision de rattrapage, vous retrouvez la classification des vidéos selon la signalétique du CSA : -10, -12, -16, -18.

Ces sites doivent aussi proposer un « espace de confiance » à usage des plus jeunes, constitué uniquement de vidéos « tous publics ».

La coopération entre le CSA et les autorités publiques

Le CSA a récemment renouvelé la composition du Comité d’experts du jeune public afin d’intégrer l’évolution numérique dans ses travaux de prospective sur les enjeux de la protection du jeune public.

Le CSA n’est pas chargé de la régulation de tous les contenus sur internet, il prête néanmoins une grande attention à la protection des mineurs sur ce média.
Internet étant un outil de communication facilement accessible, il représente plusieurs sources de dangers potentiels pour les plus jeunes :

  • la confrontation à des contenus choquants, ou réservés aux adultes (violence, pornographie, etc.)
  • la possibilité de contact avec des adultes malintentionnés (pédophilie, manipulations diverses, etc.)
  • le dévoilement de la vie privée ou des données personnelles à l’insu des parents
  • le non-respect de certains droits (droit à l’image, droit de la presse, etc.)
  • l’exposition à des pratiques illégales (téléchargement, harcèlement, etc.).

Il ne s’agit pourtant pas d’interdire à vos enfants d’utiliser internet, qui est également une source de connaissances et d’échanges. Il faut simplement veiller à ne pas les laisser sans contrôle devant un ordinateur, un smartphone ou une tablette connectés. Ce contrôle passe par l’installation d’un logiciel de contrôle parental, et surtout, par votre présence à leur côté lorsqu’ils naviguent afin de les guider vers des sites adaptés, mais aussi de partager leurs découvertes.

Les conseils pratiques du CSA 

  • Discutez avec votre enfant s’il souhaite s’inscrire sur un réseau social : l’inscription requiert un âge minimal car il doit être capable de sens critique.
  • Réfléchissez avant de publier des photos de vos enfants : ce n’est pas un acte anodin. C’est à l’enfant de choisir de s’exposer ou de ne pas s’exposer une fois adolescent.
  • Sensibilisez votre enfant au fait que les images et informations qu’il publie peuvent être vues au-delà de son cercle d’amis et utilisées par d’autres.
  • Pensez à lui rappeler les règles de prudence et de bien-vivre ensemble qui s’appliquent en ligne comme ailleurs, par exemple :
  • ne pas donner ses coordonnées personnelles (adresse, numéro de téléphone, etc.) à des inconnus
  • ne pas diffuser d’images et d’information qui pourraient lui nuire ou faire du tort aux autres.
  • En cas de cyber-harcèlement ou d’exposition à des contenus nuisibles, utilisez les dispositifs de signalement mis en place par les plateformes et les réseaux.
  • En cas d’exposition à des contenus illicites, utilisez la plateforme Pharos du ministère de l’Intérieur : www.internet-signalement.gouv.fr
  • Commettre une infraction en ligne revient à en commettre une dans la vie. Sur Internet aussi, il convient de respecter la loi et les droits de chacun.