La protection des tout-petits

Le CSA se doit de protéger le jeune public et ce, dès la petite enfance. Son rôle de régulateur lui permet d’agir directement pour sensibiliser et accompagner les parents face aux effets de la télévision.

L’impact de la télévision sur le tout-petit

Les spécialistes de l’enfance déconseillent vivement la télévision pour les enfants de moins de 3 ans. En effet, le tout-petit se construit en agissant sur le monde : la télévision risque de le cantonner dans un statut de spectateur à un moment où il doit apprendre à devenir acteur du monde qui l’entoure.

Pour développer ses capacités, l’enfant doit utiliser activement ses cinq sens en s’appuyant notamment sur la relation avec un adulte qui répond à ses sollicitations. Il a besoin, pour se développer, de se percevoir comme pouvant transformer le monde, ce qu’il fait par exemple quand il manipule des objets autour de lui. L’exposition passive à des images diffusées sur un écran ne favorise pas ce type d’interaction et peut au contraire freiner le développement du tout-petit.

La télévision peut en effet favoriser, chez les jeunes enfants, des troubles du développement tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration, dépendance aux écrans.

La délibération du CSA sur les effets de la télévision sur les enfants de -3 ans

L’apparition en France, en 2008, de deux chaînes à destination des bébés avait suscité une grande émotion, notamment celle de nombreux spécialistes du monde de l’enfance et des associations familiales.

En juillet 2008, le CSA a adopté une délibération relative aux effets de la télévision sur les enfants de moins de 3 ans. Pour se faire, il s’est appuyé sur les auditions de plusieurs experts de la santé et de l’enfance et sur un avis du ministère de la santé se prononçant contre les chaînes de télévision spécifiquement destinées aux enfants de moins de 3 ans.

Cette délibération a notamment abouti sur une campagne d’information, relayée par toutes les chaînes de télévision, rappelant que les programmes télévisuels, quels qu’ils soient, ne sont pas adaptés aux enfants de moins de trois ans. Chaque année, les éditeurs de services de télévision participent à cette campagne, diffusée pendant 3 jours, reprenant les messages clés du CSA sur la protection des tout-petits. 

Les éditeurs ont la liberté de transmettre sous la forme de leur choix (sujets, reportages, messages etc.) les informations mises à leur disposition par le CSA sur ce sujet.