Recherche FAQ

HORAIRES, REDIFFUSIONS, MODIFICATIONS DE LA GRILLE DES PROGRAMMES, ETC.

Les chaînes ont-elles le droit de modifier leurs grilles de programmes à tout moment?

En vertu des conventions qu'elles signent avec le CSA, les chaînes de télévision sont tenues de faire connaître leurs programmes au plus tard 18 jours avant leur diffusion et de ne plus les modifier dans un délai inférieur à 14 jours.
  
Cela étant, certaines circonstances exceptionnelles peuvent autoriser la chaîne à modifier tardivement sa programmation :

  • un événement sportif ;
  • un événement nouveau lié à l'actualité ;
  • un problème lié aux droits protégés par le Code de la propriété intellectuelle ;
  • une décision de justice ;
  • un incident technique ;
  • un intérêt manifeste pour le public décidé après concertation entre les chaînes concernées ;
  • une contre-performance d'audience significative des premiers numéros ou épisodes d'une série de programmes.

En outre, sauf contraintes liées à la diffusion d'émissions en direct, les chaînes sont tenues de respecter les horaires de diffusion préalablement annoncés.
 

Cette réponse vous a-t-elle aidé ? /

Comment se fait-il que les épisodes de certaines séries télévisées sont diffusés dans le désordre ?

Il existe deux types de séries : les séries « feuilletonnantes » et les séries à « épisodes bouclés ». Les premières sont composées d’épisodes qui se suivent et qui, pour la bonne compréhension de l’intrigue et le respect de l’œuvre, sont diffusés dans l’ordre chronologique. Celles à « épisodes bouclés » sont composées de parties indépendantes les unes des autres, dans lesquelles il y a un début et une fin à l’intrigue dans chaque épisode. Ce type de séries est parfois diffusé dans le désordre, même si un fil conducteur est présent tout au long de la saison.

Contrairement aux chaînes américaines, les chaînes françaises diffusent généralement entre un et trois épisodes inédits par soirée, éventuellement associés à des épisodes plus anciens. La juxtaposition d’un épisode inédit avec un épisode ancien permet aux chaînes de conserver leur public entre les première et deuxième parties de la soirée. Cela renforce l'audience et facilite l’installation du programme dans la durée.

En 2012, France 2, avec la série Castle, a fait le choix de cette programmation en diffusant à 20 h 45 un épisode inédit suivi de la rediffusion de deux autres épisodes. Il en va de même pour Murdoch, sur France 3, et cette pratique semble fonctionner puisque le public est toujours au rendez-vous.

TF1 consacre deux soirées par semaine, le mardi et le mercredi, à la diffusion de séries américaines, et parfois même une troisième, le vendredi. Que ce soit pour Mentalist, Esprits criminels, Les Experts Miami ou encore Dr House, la chaîne propose en général entre un et deux inédits par soirée, suivis d’une rediffusion.

M6, à l'instar des autres chaînes, diffuse généralement deux épisodes inédits suivis d’anciens épisodes. C’est le cas en 2012 le samedi, jour de diffusion de la série FBI : duo très spécial

Le respect du dispositif de la signalétique jeunesse, en raison des contraintes horaires qu’il prévoit pour les programmes déconseillés aux moins de 12 ans (diffusion après 22 heures sauf exception) et 16 ans (diffusion après 22 h 30), peut également contraindre la chaîne à perturber la chronologie d’une série. Mais ce phénomène ne se produit que rarement.

Cette réponse vous a-t-elle aidé ? /

Comment se fait-il que les chaînes ne respectent pas les horaires annoncés ?

Le Conseil reçoit régulièrement des protestations de téléspectateurs au sujet du décalage souvent constaté entre l’horaire de diffusion des émissions annoncé dans les programmes télévisés et l'horaire effectif de diffusion. 

Il faut savoir que le décalage opéré par les chaînes entre les horaires annoncés et les horaires effectifs est principalement dû au fait que les horaires communiqués aux journaux, aux magazines de télévision ou aux sites spécialisés - au moins 18 jours avant la diffusion - ne peuvent présenter qu’un caractère indicatif. Leur respect est en effet soumis à de multiples aléas liés notamment à la diffusion en direct de certaines émissions, mais également aux variations du nombre de messages publicitaires et de bandes annonces. Pour les programmes de première partie de soirée, le décalage est aussi dû à la durée du journal télévisé, qui peut être allongée en fonction de l'actualité.

Cet horaire étant celui où un grand nombre de téléspectateurs est présent devant son poste, les chaînes en profitent pour diffuser le plus possible de messages publicitaires (sauf sur les chaînes publiques autres que France 3), et d'émissions parrainées, sources importantes de revenus pour les chaînes privées. La durée des écrans publicitaire est cependant limitée : sur les chaînes privées, la durée moyenne quotidienne de messages publicitaires est de neuf minutes par heure. Ces chaînes peuvent cependant diffuser jusqu'à douze minutes de publicité pour une heure donnée.

Ce décalage horaire est cependant particulièrement gênant pour ceux qui programment l’enregistrement d’une émission. Il est prudent, dans ce cas, de prévoir de larges plages d'enregistrement.

Cette réponse vous a-t-elle aidé ? /

Comment se fait-il qu'il y ait autant de rediffusions à la télévision ?

Le choix de procéder à des rediffusions de programmes relève de la liberté éditoriale des chaînes. Toutefois, conformément à l’article 13 du décret du 2 juillet 2010, certaines chaînes (TF1, France 2, France 3, France 5, M6) ont l’obligation de diffuser annuellement au minimum 120 heures d’œuvres européennes ou d’expression originale française qu’elles n’ont pas précédemment programmées, à des heures d’écoute significatives (c’est-à-dire dont la diffusion commence entre 20 heures et 21 heures). Elles s’acquittent de cette obligation.

Le cas des rediffusions reste une préoccupation du Conseil qui, dans l’intérêt du téléspectateur, a tenu à ce que les conventions des six nouvelles chaînes en haute définition de la TNT comportent une obligation de diffusion de programmes inédits.

À partir du moment où le minimum imposé est respecté, rien n’interdit à une chaîne de rediffuser un programme dès lors qu’elle s’est acquittée des droits correspondants auprès du producteur et des ayants droit.

Les rediffusions ne sont pas synonymes de mauvaises audiences. Certaines rediffusions de films peuvent même obtenir de très bons résultats d’audience, comparables voire supérieurs à ceux de leur première diffusion.

L’objectif d’une chaîne étant de maximiser l'audience pour chaque programme diffusé, les rediffusions sont souvent le résultat d’un choix quasiment stratégique. Par exemple, l’association d’un épisode inédit avec un ancien épisode d’une même série au cours d’une soirée permet aux chaînes de conserver leur public entre la première et la deuxième partie de la soirée. De même, la multidiffusion de certains dessins animés répond bien aux attentes des enfants qui apprécient de voir et revoir les épisodes des programmes qu’ils aiment, tout comme ils le font avec leurs livres préférés. 

Cette réponse vous a-t-elle aidé ? /