Entretien

«Parler du handicap à l'antenne c'est utiliser les mots justes»

Publié le

Le CSA a publié son rapport annuel sur l’accessibilité des programmes de télévision aux personnes handicapées et sur la représentation du handicap à l'antenne. "3 questions à" Carole Bienaimé Besse, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel, présidente du groupe de travail "éducation, protection des publics, cohésion sociale".

Entretien
  • Le CSA publie son rapport 2018-2019 sur l’accessibilité des programmes de télévision aux personnes handicapées et la représentation du handicap à l’antenne. Comment le CSA réalise-t-il son rapport ?

Carole Bienaimé Besse : Le CSA a demandé aux chaînes de télévision et de radio de lui communiquer, début 2019, l’ensemble de leurs données relatives à l’accessibilité des programmes et à la représentation du handicap à l’antenne. Mais le CSA ne relaye pas passivement ces données. Le Conseil opère un contrôle puis traite et analyse ces déclarations. Notre rapport sur le handicap est un rendez-vous annuel de mesure des progrès réalisés et des actions à mener.

  • Concernant l’amélioration de la représentation du handicap dans les médias audiovisuels, quel bilan établissez-vous sur les différentes actions menées par le CSA ?

La représentation des personnes handicapées à l’antenne est, depuis 10 ans, un sujet de préoccupation pour le CSA qui n’hésite pas à souligner la sous-exposition chronique des personnes handicapées à l’antenne. Mais ce sujet s’inscrit dans une problématique beaucoup plus large. Par exemple nous avons compris que c’était également sur le terrain de la formation et de l’insertion professionnelle dans le secteur de l’audiovisuel qu’il nous fallait agir. Nous avons donc rédigé une charte, en partenariat avec le ministère en charge des personnes handicapées, et signée en 2014 par des écoles et des structures de formation aux métiers de l'audiovisuel ainsi que par les opérateurs audiovisuels à cet effet. Un comité de suivi se réunit chaque année afin de dresser le bilan d’application de cette charte qui porte désormais ses fruits.

  • Pourquoi apparaissait-il aujourd’hui nécessaire pour le CSA de proposer une nouvelle charte aux médias audiovisuels ?

Avec l’appui du ministère chargé des personnes handicapées nous souhaitions aller encore plus loin que les progrès déjà réalisés. Nous avons relevé qu’au cours de ces dernières années, l’emploi de mots ou d’expressions, empruntés aux situations de handicap, utilisés maladroitement et pouvant conduire à véhiculer des préjugés sur le handicap et/ou à blesser les personnes handicapées ont été à plusieurs reprises signalé. En conséquence, en plus de la charte déjà existante de 2014, s’est fait ressentir le besoin d’une charte sur la représentation médiatique du handicap. Le Comité Interministériel du Handicap (CIH), qui s’est réuni le 25 octobre 2018, a entériné parmi les actions 2018-2019 la rédaction d’une telle charte sous l’impulsion du CSA au sein de l’engagement : « Soutenir la visibilité des personnes en situation de handicap dans les médias au travers d’une Charte Média et Handicap (CSA) ».

Nous avons tous ensemble 5 objectifs à atteindre : rendre plus visible la question du handicap ; ne pas assigner les personnes handicapées à leur handicap ; changer le regard sur le handicap ; partager les bonnes pratiques, utiliser les mots justes ; évaluer les résultats.

Prise de conscience des chaînes de télévision
  • Sur l’accessibilité, le CSA relève des efforts significatifs, notamment lors de la dernière campagne des européennes, qui répondent aux attentes des associations. Ces dernières années sont donc à marquer d’une pierre blanche pour l’accessibilité aux personnes handicapées ?

Ces dernières années ont effectivement été celles d’une plus grande prise de conscience de la part des chaînes de télévision de la nécessité de rendre plus et mieux accessibles leurs programmes. Aujourd’hui, et on le constate dès que l’on aborde ce sujet avec elles, les questions d’accessibilité et de représentation du handicap sont au cœur de leurs préoccupations : elles prennent de nombreuses initiatives en la matière et le CSA les encourage vivement à franchir une nouvelle étape en inscrivant ces mesures dans des plans d’actions pluriannuels. Vous parlez de la campagne des européennes et c’est un autre signe très encourageant d’une prise de conscience qui dépasse les chaînes de télévision puisque ce sont les responsables des listes candidates aux élections qui ont été très réceptifs au travail de sensibilisation du CSA sur la nécessité de diffuser à la télévision leurs clips de campagnes traduits en LSF. L’objectif du CSA dans les prochaines années sera donc de poursuivre ce travail d’incitation auprès de ces acteurs puisque, si des améliorations ont été relevées, il reste encore beaucoup de choses à développer et à perfectionner.

Propos recueillis par Mehdi Farhat


>> Consultez ci-dessous le Rapport annuel relatif à l'accessibilité des programmes de télévision aux personnes handicapées et à la représentation du handicap à l'antenne - Bilan 2018 & Actions 2019