Langue française - Voyage au pays des sigles

Publié le

Utilisés depuis l’Antiquité, ils ont vu leur usage se développer avec les nouveaux moyens de communication. De l’ONU à l’ADSL, bienvenue dans le monde des sigles.

Un sigle est une suite d’initiales de plusieurs mots qui donne un mot unique prononcé soit en épelant chacune des lettres qui le composent (ONU prononcé o-enn-u), soit comme un nom ordinaire, syllabe par syllabe, lorsque la suite des lettres est prononçable (onu). Le sigle devient alors acronyme.

Sigles et acronymes perdent aujourd’hui leurs points abréviatifs, alors que la coutume a longtemps voulu que l’on fît suivre chaque lettre d’un tel point. Les acronymes de plus de deux syllabes sont souvent orthographiés en minuscules avec une initiale capitale lorsqu’il s’agit de noms propres. Sigles et acronymes deviennent ainsi des mots à part entière, susceptibles de produire des mots dérivés (bédéphile, cégétiste, onusien, etc.). Lorsqu’ils sont entrés dans l’usage commun, ils ont leur place dans les dictionnaires qui généralement expliquent leur curieuse formation.
 
Au demeurant, la siglaison n’est pas un procédé moderne. Le sigle S.P.Q.R. (Senatus Populusque Romanus, le Sénat et le peuple romain) symbolisait déjà sur les monuments la grandeur de Rome. Les sigles ont tout d’abord représenté des noms propres réservés aux dénominations d’entreprises, de sociétés, d’institutions nationales ou internationales, de partis politiques ou de syndicats, parfois de pays.

FAQ et GPS : sigles étrangers avec désignation française

Chaque domaine d’activités a son lot de sigles et d’acronymes. Très fréquents dans les différents vocabulaires techniques, ils s’intègrent de plus en plus rapidement dans la langue quotidienne.

Ce processus s’est encore accentué avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) devenues, après avoir quelque peu perdu leur caractère novateur, simples technologies de l’information et de la communication (TIC), et principalement avec les nouveaux modes de communication électronique : courrier électronique, forums ou espaces de conversation, minimessages sur les téléphones portables, réseaux sociaux.

Si des sigles sont repris de l’anglo-américain avec une prononciation francisée, les termes entiers restant une dénomination anglaise sont les plus nombreux dans notre langue : ADSL (Asynchronous Data Subscriber Line), réseau de raccordement numérique asymétrique – CD (Compact Disc), en français, disque compact - CD-Rom (Compact Disk Read Only Memory), disque optique numérique utilisé comme mémoire non réinscriptible dont l’orthographe a été francisée par l’Académie française en cédérom - DAB (Digital Audio Broadcasting), diffusion radiophonique numérique - DVD (Digital Versatile Disk), disque optique numérique de grande capacité – HTML (HyperText Markup Language), langage hypertexte d’écriture pour l’internet - RDS (Radio Data System), système de diffusion de données associées à un programme radio - UHF (Ultra High Frequency) - VOD (video on demand), en français vidéo à la demande (VAD).

De rares renvois à des dénominations françaises

Parmi les rares sigles qui renvoient à des dénominations françaises, il convient de citer la TNT (télévision numérique terrestre), le PAD (prêt à diffuser), le RNIS (réseau numérique à intégration des services), la TVHD (télévision haute définition).

Il peut arriver qu’un sigle français reprenne un sigle étranger en lui donnant une désignation française dont le sens correspond exactement à celui de la désignation d’origine. Ainsi FAQ, qui dans le domaine de l’internet désigne des frequently asked questions (questions fréquemment posées), est devenu en français FAQ (foire aux questions). Dans le domaine des télécommunications, GPS (Ground Positionning System), qui dénomme un système de positionnement à l’échelle du globe, est en français un GPS, c’est-à-dire un géopositionement par satellite. Réussites malheureusement trop rares !