EDUCATION AUX MEDIAS

Éducation aux médias : Retour sur les dispositifs mis en place par le CSA

Publié le

Les réseaux sociaux constituent le « premier mode d’accès à l’information » des 15-24 ans selon Médiamétrie. Un argument de plus, s’il était besoin, pour intensifier les actions d’éducation aux médias que le  CSA mène de concert avec ses partenaires de l’audiovisuel.

Donner les clés pour bien consommer les médias

Plus équipés en mobiles et plus accros aux réseaux sociaux que la moyenne. C’est le profil des 15-34 ans confirmé par une étude Médiamétrie sur les jeunes générations et l’information (1). Et 71 % d’entre eux « consultent quotidiennement l’actualité via les réseaux sociaux ». Dès lors, donner à tous les moyens d’analyser et de décrypter les contenus, qu’ils viennent de médias traditionnels (télévision linéaire, radio parlée, presse écrite) ou non est essentiel.

C’est l’une des actions clés que le CSA décline avec ses partenaires en deux grands axes :

  • nourrir le débat et la réflexion, notamment avec l’Observatoire Education et Médias
  • informer et former.

(1) Les jeunes et l’information, Synthèse, Juillet 2018, Médiamétrie pour la DGMIC

Appréhender les risques du numérique auprès des jeunes

L’Observatoire « Education et médias », réuni le 25 septembre 2018 conjointement avec l’Observatoire de la diversité, est l’un des outils d’éducation aux médias du Conseil. Créé en 2014 et présidé par Mémona Hintermann-Affégée et avec Hélène Carrère d’Encausse comme présidente d’honneur, cet Observatoire enrichit, sous un angle participatif, les travaux du groupe de travail « Cohésion sociale » du CSA. Il lui apporte des préconisations en matière d’évolution des usages informationnels et des technologies numériques.

Dès décembre dernier, Romain Badouard* et Divina Frau-Meigs**, membres de l’Observatoire « Education & Médias » y présentaient leurs travaux autour des thèmes « Fake news : quels enjeux pour l'éducation aux médias ? » et « Radicalisation sur les médias sociaux et éducation aux médias et à l’information ». Ils permettaient de  mesurer l’impact des fausses informations et de comprendre les effets de radicalisation via les réseaux sociaux. 

Consultez l'article Radicalisation, fake news, diversité : 4 experts répondent au CSA

* Romain Badouard est Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise) 

** Divina Frau-Meigs est professeur à la Sorbonne Nouvelle, chaire UNESCO « Savoir devenir à l'ère du développement numérique durable »

Mettre l’expertise du CSA au service de l’enseignement

Partir à la rencontre d’étudiants, participer aux jurys de concours jeunesse ou encore former des personnels de l’enseignement : le CSA met son expertise à disposition d’Universités et écoles spécialisées dans les médias et la communication (comme avec le CELSA, Université Paris-IV Sorbonne ou de Cergy Pontoise). Ces rencontres, montées notamment en coordination avec le Clemi, permettent d’offrir plus de résonance à des initiatives en faveur de l’éducation aux médias.

A voir également : Semaine de la presse et des médias dans l’école : le CSA ouvre ses portes à des lycéens et des étudiants

Les résultats très encourageants de la sensibilisation

L’étude de juillet 2018 de Médiamétrie sur les comportements des jeunes en matière d’accès à l’information confirme l’intérêt des actions d’éducation aux médias et à l’information (EMI). Parmi les 15-34 ans ayant bénéficié d’une sensibilisation sur ce thème :

  • 22 % se déclarent « accros à l’information » contre 12 % pour ceux n’ayant pas bénéficié d’une action d’EMI,
  • 87% consultent quotidiennement des contenus d’information en ligne, contre 75 % pour ceux n’ayant pas bénéficié d’une action d’EMI,
  • 65 % vérifient souvent les informations auxquelles ils accèdent, contre 42 % pour ceux n’ayant pas bénéficié d’une action d’EMI