Communiqué de presse

« Charte alimentaire » : publication du rapport annuel destiné au Parlement

Publié le

Publication du rapport sur l’application de la charte alimentaire 2014-2018

Conformément au 12ème engagement de la charte, le CSA publie ce jour un rapport destiné au Parlement et qui a pour objet : d’évaluer les actions menées par les services de communication audiovisuelle, de faire état du respect des obligations contenues dans la charte et de formuler des préconisations pour l’avenir.
C’est devant l’importance croissante des problèmes de santé liés à l’alimentation que le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait proposé en 2009 l’adoption, par les acteurs de l’audiovisuel, d’une charte alimentaire destinée à promouvoir une alimentation saine et une activité physique régulière*.
Une nouvelle charte, signée fin 2013 pour une durée de cinq ans, était venue renforcer les engagements pris en matière de lutte contre l’obésité et de prévention des maladies cardio-vasculaires. Elle a permis d’obtenir des résultats substantiels puisque le volume des programmes promouvant une bonne hygiène de vie est passé de 1410 à 1637 heures par an sur la période. Des axes d’amélioration ont cependant été identifiés et seront pris en compte pour l’élaboration de la charte 2019-2023.

Pour une charte au périmètre élargi

Le CSA souhaite plus qu’un simple renouvellement de la charte. Il entend élargir son périmètre à de nouvelles problématiques liées à une mauvaise hygiène de vie et poser en particulier le problème des addictions. Il a pour cela organisé dès juillet 2017, sous l’égide du groupe de travail Cohésion sociale de la conseillère Mémona Hintermann-Afféjee, une large consultation des signataires de la charte 2014-2018 mais aussi d’autres partenaires afin d’enrichir sa réflexion.
Afin de poursuivre son action et faire aboutir le projet de charte élargie, le Conseil supérieur de l’audiovisuel sait pouvoir compter sur l’implication du secteur audiovisuel que le président du CSA, Olivier Schrameck, réunira avec les autres acteurs concernés, en liaison avec la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, très prochainement.

*En 2009, le volume horaire des programmes valorisables au titre de la charte était de 443 heures.