Des relations bilatérales constructives

Le CSA n’est pas isolé dans le paysage audiovisuel mondial. Il entretient des relations bilatérales suivies avec nombre de ses homologues, que ce soit par le biais de plateformes et de réseaux d’échanges, mais aussi de manière plus personnelle.

Au plus près du territoire français, le CSA a en particulier noué des liens étroits avec l’OFCOM britannique et la DLM allemande qu’il rencontre deux fois par an, depuis 1996. Ces réunions sont l’occasion de comparer de manière concrète les approches de la régulation ainsi que d’échanger sur les problématiques audiovisuelles européennes.

Le CSA a par ailleurs conclu des accords de coopération avec les régulateurs australien, canadien, belge, polonais, catalan, coréen et sénégalais et s’est engagé dans un jumelage européen avec l’autorité de régulation jordanienne.

VISITES

Chaque année, le CSA accueille entre quarante et cinquante délégations du monde entier qui souhaitent mieux connaître son rôle et son fonctionnement. Toutes ces visites sont personnalisées : un programme de rencontres ciblées est proposé en fonction de la composition et des attentes de chaque délégation.

MISSIONS

Le programme français de régulation audiovisuelle sert de modèle à l’étranger. Chaque année, le CSA est appelé à partager son expérience en envoyant des experts partout dans le monde, à la demande des autorités locales.

Le CSA est soutenu par les autorités françaises, l’Union européenne ou le Conseil de l’Europe auxquels il s’associe pour des actions de coopération institutionnelle.

Le CSA ouvre aussi aux autres pratiques, par le biais de missions d’étude, générales ou thématiques, qu’il effectue régulièrement à l’étranger.