Décision du CSA

Émission "Zemmour et Naulleau" du 20 janvier 2018 : Paris Première mise en demeure

Publié le

Assemblée plénière du

Le CSA a été saisi au sujet d’une séquence diffusée le 20 janvier 2018 dans l’émission Zemmour et Naulleau sur Paris Première, au cours de laquelle a été abordé le sujet de la "Loi asile et immigration".

Après examen de la séquence litigieuse, le CSA a relevé que l’un des animateurs de l’émission a tenu de façon systématique des propos stigmatisants à l’égard des migrants de confession musulmane, tendant en particulier à leur dénier le bénéfice du droit d’asile au motif qu’ils seraient, du fait de leur religion et contrairement à d’autres, source « d’énormes problèmes » et qu’ils contribueraient au « grand remplacement » de la population française.

Ces propos, de nature à encourager les comportements discriminatoires et à inciter à la haine ou à la violence à l’égard d’une population expressément désignée pour des raisons de religion, caractérisent un manquement manifeste aux dispositions du dernier alinéa de l’article 15 de la loi du 30 septembre 1986, qui dispose que le Conseil supérieur de l’audiovisuel « (…) veille (…) à ce que les programmes mis à disposition du public par un service de communication audiovisuelle ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité. (…) ».

Le CSA a donc mis en demeure la chaîne Paris Première de respecter, à l’avenir, les dispositions du dernier alinéa de l’article 15 de la loi.