Décision du CSA

Couverture du mouvement des « gilets jaunes » et protection du jeune public : réponse à M. Bruno Studer

Publié le

Assemblée plénière du

Le CSA a été saisi par M. Bruno Studer, président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, sur le traitement du mouvement des « gilets jaunes » à l’antenne des chaînes d’information en continu, en particulier sur le respect par ces services de leurs obligations en matière de protection du jeune public.

M. Studer regrettait notamment l’absence d’un avertissement préalable avant la diffusion d’images « d’affrontements de rue extrêmement violents ».

Le Conseil a procédé à un examen approfondi du traitement par les chaînes du mouvement des « gilets jaunes», depuis son lancement.

Si des scènes de violence ont effectivement été diffusées, parfois de façon très répétée, le Conseil n'a pas relevé d'images difficilement soutenables, au sens de la recommandation du 7 juin 2005 concernant la signalétique jeunesse et la classification des programmes selon laquelle, notamment, « l'éditeur prend les précautions nécessaires lorsque des images difficilement soutenables ou des témoignages relatifs à des évènements particulièrement dramatiques sont diffusés dans les journaux, les émissions d'information ou les autres émissions du programme. Le public doit alors en être averti préalablement ».

Par ailleurs, le Conseil a reçu le 10 janvier 2019 les responsables des rédactions des chaînes d'information en continu pour discuter de l'ensemble des questions soulevées par le traitement à l'antenne du mouvement des « gilets jaunes ». Il a notamment abordé les questions du temps d'antenne consacré à ce mouvement, du choix de recourir à des images de scènes de violence et de la contextualisation et de la répétitivité de leur diffusion.

Le CSA a assuré à M. Studer être particulièrement attentif à l'impact des images et plus largement des écrans sur le jeune public. Ainsi, il demande annuellement aux chaînes de diffuser des campagnes d'information et de sensibilisation à destination des jeunes et de leurs parents. Il les accompagne en leur proposant sur son site des outils pratiques et des repères permettant d'adapter la consommation des programmes télévisés à l'âge des enfants.

En particulier, le Conseil préconise de ne pas exposer les enfants de moins de huit ans aux journaux télévisés et aux chaînes d'information.