Décision du CSA

Commentaires durant le match Nigéria / Islande diffusé le 22 juin 2018 sur beIN Sport 1 : réponse aux plaignants

Publié le

Assemblée plénière du

Le CSA a été saisi, dans le cadre de la Coupe du monde de football, à propos d'un commentaire d'un journaliste sportif lors du match opposant l'équipe du Nigéria à l'équipe d'Islande, le 22 juin 2018 sur beIN Sport 1. Les plaignants déploraient que Gregory Paisley ait ainsi conseillé au joueur de l'équipe du Nigéria de « {prendre] du Banania ».

L'article 3-1 de la loi du 30 septembre 1986 prévoit que le Conseil veille à « ce que la diversité de la société française soit représentée dans les programmes des services de communication audiovisuelle et que cette représentation soit exempte de préjugés» et qu'il « contribue aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle ».

Par ailleurs, en vertu de l'article 2-3-2 de la convention de beIN Sport 1, « L'éditeur veille dans son programme : à ne pas encourager les comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité ; à promouvoir les valeurs d'intégration et de solidarité qui sont celles de la République et à lutter contre les discriminations ».

Après examen de la séquence, le Conseil a considéré que le commentateur faisait référence à la célèbre marque française de boissons et de produits chocolatés qui renvoie, dans l'inconscient collectif, à la représentation des personnes de couleur durant la période coloniale. Quand bien même il a été relevé que le présentateur revient sur ses propos lors la diffusion du match, le CSA a considéré que les mots employés dans un tel contexte ne s'inscrivent pas dans l'exigence de promotion des valeurs d'intégration et de solidarité qui sont celles de la République et de lutte contre les discriminations.

Au vu de ces éléments, le Conseil a appelé à la vigilance de la chaîne sur le respect des dispositions de l'article 2-3-2 de la convention précitée et de l'article 3-1 de la loi du 30 septembre 1986.