Le contrôle parental

Conseils et astuces pour vous aider à accompagner vos enfants dans leurs usages des médias audiovisuels.
  • Pourquoi et comment sensibiliser les enfants à la signalétique jeunesse

    • Apprendre à utiliser la signalétique

      Il est nécessaire de faire comprendre à votre enfant l’importance de la signalétique jeunesse en lui disant qu’il vous arrive à vous aussi de pouvoir être choqué par certains programmes et que vous ne voulez pas qu’il le soit. Ce serait en effet une erreur de lui laisser croire qu’un adulte peut tout regarder sans jamais éprouver d’angoisse, de peur ou de dégoût.

      Pour le protéger des images violentes, prenez le temps de choisir avec lui ce qu’il va regarder en fonction de son âge et de lui expliquer pourquoi.

      Pour vous aider, la signalétique jeunesse permet de classer les programmes en fonction de l’âge en dessous duquel une émission peut troubler votre enfant. S’il connaît les pictogrammes, il pourra de lui-même renoncer à un programme inadapté à son âge s’il se retrouve seul devant la télévision. Vous pouvez également sensibiliser les grands frères et grandes sœurs à ce dispositif, afin qu’ils veillent à ce que regardent les plus petits.

  • Pas d'écran avant 3 ans

    • Des risques pour le développement du tout-petit

      Pour le CSA, le Ministère de la santé et plusieurs experts, la télévision n’est pas adaptée aux enfants de moins de 3 ans car elle peut freiner leur développement, même lorsqu’il s’agit de chaînes qui s’adressent spécifiquement à eux.

      Avant 3 ans, l’enfant se construit en agissant sur le monde : la télévision risque de l’enfermer dans un statut passif de spectateur à un moment où il doit apprendre à devenir acteur du monde qui l’entoure.

      Il existe plusieurs étapes dans le développement de l’enfant de moins de trois ans : le bébé est d’abord attiré par tout ce qui bouge puis il découvre qu’il peut agir sur son environnement et, dès que sa motricité le lui permet, il désigne les choses et les touche. À partir de neuf mois, il imite sans comprendre ce qu’il voit. Vers un an et demi ou deux ans, il met des mots sur les choses et comprend des expressions de base.

      Pour développer ses capacités, l’enfant doit utiliser activement ses cinq sens en s’appuyant notamment sur la relation avec un adulte qui répond à ses sollicitations. Il a besoin de se percevoir comme pouvant transformer le monde, ce qu’il fait par exemple quand il manipule des objets autour de lui. L’exposition passive à des images diffusées sur un écran ne favorise pas ce type d’interactions et peut au contraire freiner le développement du tout-petit enfant.

      On croit souvent que la télévision a un effet apaisant sur les tout-petits. Or, le regard du bébé est capté par le flux d’images et de sons provenant de l’écran et qu’il ne comprend pas, ce qui peut donner l’illusion d’un effet calmant. Pourtant, ce calme sera souvent suivi d’une agitation mal comprise qui amènera les parents à augmenter l’exposition à la télévision, risquant ainsi d’accentuer son effet néfaste sur l’enfant.

      Des risques pour le développement du tout-petit
  • Comment adapter le visionnage à l'âge de l'enfant

    • Entre 3 et 6 ans

      À partir de 3 ans, les émissions adaptées peuvent stimuler certaines capacités de l’enfant, comme la mémoire ou la reconnaissance des lettres de l’alphabet. Mais attention à la durée : 10 minutes passées devant la télévision représentent un temps de concentration élevé pour un tout-petit. Il est conseillé de privilégier des sessions courtes, avec la possibilité de revoir plusieurs fois le même programme afin de comprendre l’action et les intentions des personnages… et donc d’éviter de « zapper » entre plusieurs émissions !

      Entre 3 à 6 ans, un enfant réagit avec sa sensibilité. Il faut apporter une vigilance particulière sur ce qu’il regarde, car il n’a pas de recul par rapport aux images. Il ne percevra pas la différence entre la fiction et la réalité et considèrera comme réelles les images effrayantes qu’il aura vues, sans avoir les mots pour exprimer ce qu’il ressent. D’où l’importance de dialoguer avec lui.

    • Entre 6 et 10 ans

      À partir de 6 ans, l’enfant est capable de faire le lien entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Il commence à avoir une certaine expérience des images et peut les analyser et les commenter. Il pourrait également vouloir imiter ce qu’il a vu, d’où la nécessité de lui expliquer qu’il ne doit pas reproduire ce qu’il voit à la télévision, et de respecter sa sensibilité en privilégiant des programmes pour la jeunesse.

      Jusqu’à 8 ans, seuls les programmes jeunesse sont adaptés (animation, films pour enfants, émissions éducatives ou documentaires), tout en limitant la durée des séances et en choisissant avec eux les émissions, afin de leur apprendre à se repérer dans une offre de programmes.

      Entre 8 et 10 ans, privilégiez les programmes jeunesse et les programmes tous publics et essayez de regarder la télévision avec votre enfant.

    • Après 10 ans

      Entre 10 et 12 ans, l’enfant commence à vouloir accéder de manière plus autonome aux images et diversifier les programmes qu’il regarde. Il est important de l’accompagner dans le choix de ces programmes, de lui apprendre à sélectionner ceux qui lui conviennent, afin de devenir un téléspectateur actif.

      À l’adolescence, il a parfois envie de se confronter à certains contenus violents, même s’il n’en est pas émotionnellement capable. Même à cet âge et en dépit des facilités d’accès aux images dont disposent les adolescents, maintenez le dialogue avec eux sur ce qu’ils regardent ou écoutent, et continuez à leur apprendre à choisir ce qui correspond à leurs goûts et à leur sensibilité.

  • Doit-on limiter le temps passé devant l'écran ?

    • Un usage modéré et dans de bonnes conditions

      De manière générale, faites en sorte que votre enfant ne passe pas quotidiennement un temps excessif devant la télévision.

      Pour cela, évitez d’installer la télévision dans la chambre de l’enfant. Cela contribue à l’isoler de la vie familiale et vous empêche de savoir ce qu’il regarde.

      Evitez également que votre enfant ne pratique trop le « zapping » d’un programme à l’autre : choisissez plutôt un moment précis pour qu’il regarde la télévision et favorisez le visionnage d’un programme en entier plutôt que de couper l’histoire.

      Prenez soin du confort de visionnage de votre enfant en favorisant de bonnes conditions d’éclairage et de distance.

      Enfin, n’oubliez pas de réserver des moments d’échange en famille sans écrans (jeux, repas, discussions, sorties, etc.)

  • Faut-il contrôler aussi l'écoute des programmes radio ?

    • Un média apprécié, mais pas toujours adapté

      La radio est très prisée par les adolescents et préadolescents. Ils apprécient notamment les programmes de libre antenne car ils peuvent s’y exprimer librement sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Le dialogue avec les animateurs peut être une aide pour affronter une situation qu’un ado ne comprend pas ou qu’il n’arrive pas à gérer.

      Toutefois, certains sujets qui nécessiteraient une écoute attentive et des réponses pédagogiques et sérieuses (comme les relations amoureuses et la sexualité) sont souvent traités dans ces programmes avec humour et provocation, parfois même de façon crue et vulgaire. Si les adultes peuvent facilement prendre de la distance vis-à-vis de ce type de propos, ils risquent de perturber les adolescents et les préadolescents, par nature plus vulnérables.

      Pour cette raison, les radios n’ont pas le droit de diffuser de tels propos à l’antenne avant 22h30. En principe, l’écoute de la radio jusqu’à cette heure ne représente donc pas de risque pour vos ados. Néanmoins, sans vous alarmer ni empiéter sur la vie privée de votre enfant, rien ne vous empêche de jeter une oreille de temps à autre à ces programmes et d’évoquer ce sujet avec lui.

  • Les dispositifs de verrouillage

    • Une aide précieuse

      Il existe plusieurs démarches simples et indispensables pour protéger vos enfants, comme le dispositif de verrouillage pour les programmes déconseillés aux moins de 18 ans. Personnalisez le code parental afin de bloquer l’accès à ces programmes, en évitant les codes que les enfants peuvent facilement essayer, et gardez ce code secret.

      Vous pouvez également mettre en place d’autres dispositifs de verrouillage : les téléviseurs ou boîtiers ADSL permettent souvent de mettre en place des filtres ou contrôles parentaux par chaînes, horaires, titres ou classification des programmes.

Affiche CSA - Protection des jeunes enfants