L'audience des programmes de fiction dans les grands pays européens entre 2009 et 2012

Date de publication : mardi 08 octobre 2013


Chaque année depuis 2009, le Conseil étudie le palmarès d'audience des programmes de fiction télévisuelle dans les principaux pays européens. Il présente cette année une synthèse des principales tendances observées depuis quatre ans, ainsi qu'un tableau des audiences aux États-Unis.

Le Conseil rend public chaque année le palmarès des dix meilleures audiences de la fiction télévisuelle dans les principaux pays européens (Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie et France). En 2013, le palmarès des audiences de la fiction télévisuelle aux États-Unis a été intégré à cette présentation. En comparant les résultats sur quatre années, de grandes tendances peuvent être dégagées.

 

La fiction nationale obtient les meilleures audiences dans tous les pays observés… sauf en France

Dans la totalité des pays européens étudiés, les programmes nationaux de fiction occupent chaque année quasiment la totalité des dix meilleures audiences recueillies par des programmes relevant de ce genre. C'est particulièrement le cas au Royaume-Uni et en Italie, où l’on trouve dix productions locales aux dix premières places tous les ans entre 2009 et 2012.

Ventilation par origine de production des programmes figurant dans les palmarès cumulés des dix meilleurs audiences annuelles de 2009 à 2012

Ventilation par origine de production des programmes figurant dans les palmarès cumulés des dix meilleurs audiences annuelles de 2009 à 2012

En 2009, Les Experts : Miami se plaçait encore à la dixième place des audiences de la fiction en Allemagne et quatre séries américaines figuraient dans le palmarès espagnol. Hormis ces exceptions ponctuelles, les productions nationales réalisent les plus fortes audiences de la fiction dans ces deux pays. Enfin, on note la présence d’une seule coproduction internationale dans ces palmarès avec la mini-série Les Piliers de la terre à la cinquième place du palmarès 2010 en Espagne.

Sur la même période, en France, les productions nationales de fiction occupent de manière récurrente une place minoritaire dans les dix meilleures audiences de l'année.

Ventilation par origine de production des programmes figurant dans les palmarès français

Ventilation par origine de production des programmes figurant dans les palmarès français

 
L’évolution des résultats observés en France et en Espagne mérite d’être soulignée. La place respective des fictions nationales parmi les dix meilleures audiences était comparable en 2009. Toutefois, depuis 2011, dix productions espagnoles figurent dans le palmarès des meilleures audiences de la fiction en Espagne, s'appuyant notamment sur une modification de la politique de commandes des grandes chaînes en faveur du développement de séries et mini-séries plus onéreuses que les productions du début des années 2000.

Une compétition entre les principales chaînes publiques et privées… sauf en France

Dans chacun des paysages audiovisuels européens étudiés, la compétition entre la principale chaîne publique et ses concurrentes généralistes du secteur privé apparaît dans les palmarès d'audience des programmes de la fiction.

La France constitue ici encore une exception à cette tendance. Sur les 40 programmes comptabilisés au cours des quatre exercices étudiés, l'unique fiction non diffusée par TF1 l'a été par M6, avec la série américaine NCIS enquêtes spéciales. Ce phénomène s'explique notamment par la différence de part d'audience moyenne entre les principales chaînes françaises. Ainsi, TF1 dispose chaque année entre 2009 et 2012 d'une part d'audience supérieure de 8 à 9 points à celle de France 2.

Toutefois, si l’on observe de manière plus précise les audiences de la fiction sur chaque chaîne, on constate que les productions en provenance des États-Unis fédèrent également les meilleures audiences sur France 2. FBI portés disparus, Cold case et Castle ont réalisé chaque année les meilleures audiences de fiction de la chaîne, devant les productions nationales les plus fédératrices que sont Fais pas ci fais pas ça et Les Petits Meurtres d'Agatha Christie. S’agissant de France 3, la fiction nationale est en revanche en tête avec la performance constante sur la période 2009-2012 de Plus belle la vie (qui a figuré chaque année dans les trois meilleures audiences de la fiction de France Télévisions).

Enfin, la présence quasi exclusive de TF1 dans le palmarès des meilleures audiences de la fiction depuis 2010 ne trouve qu'un équivalent en Europe, observé dans une moindre mesure en Italie en 2010, avec l'intégralité du palmarès occupée par des programmes diffusés par la chaîne publique Rai1.

Ventilation par chaînes de diffusion des programmes figurant dans les palmarès des pays étudiés de 2009 à 2012

Ventilation par chaînes de diffusion des programmes figurant dans les palmarès des pays étudiés de 2009 à 2012

Des programmes phares sur la durée… sauf en Italie

On constate une stabilité dans le temps des programmes les plus regardés par les différents publics nationaux. L’Italie constitue l'exception en ce domaine, notamment du fait de la prédominance du format des mini-séries dans la production nationale jusqu'à ces dernières années (cinq à sept mini-séries dans les dix meilleures audiences de fiction de l'année entre 2009 et 2011).

Comme l'indique le tableau suivant, la propension du public à demeurer fidèle à quelques programmes emblématiques peut également être observée aux États-Unis sur la période 2009-2012.

Places occupées par les principaux programmes de fiction dans les palmarès des pays étudiés

Places occupées par les principaux programmes de fiction dans les palmarès des pays étudiés

 

La situation paradoxale de la France est de ne pas disposer de productions nationales performantes sur la durée, à l'exception notable de Joséphine ange gardien, classée pour chaque année étudiée dans les dix meilleures audiences de la fiction. Dans le même temps, certaines productions françaises, telles que Clem (deuxième en 2010) ou Doc Martin (quatrième en 2011), ne figurent plus dans le palmarès avec leur deuxième saison.

Contrairement à l'idée reçue d'une volatilité croissante des publics confrontés au phénomène de multiplication de l'offre de contenus audiovisuels, certains des programmes obtenant les plus fortes audiences dans les pays étudiés sont présents à l’antenne depuis parfois une décennie, voire plusieurs. Ces séries s'assurent d'un renouvellement narratif par l'adjonction régulière de personnages et l'introduction de nouvelles thématiques de société, s'agissant notamment des feuilletons quotidiens ou daily soaps britanniques (Coronation Street, Emmerdale, Eastenders) ou des séries policières allemandes (Tatort, Polizeiruf 110, Le Renard).

 

Ancienneté des programmes de fiction figurant dans les palmarès des pays étudiés

Ancienneté des programmes de fiction figurant dans les palmarès des pays étudiés

  

À chaque pays ses particularismes culturels…

L'examen détaillé de la situation dans chacun des pays étudiés permet de mettre en lumière les appétences des publics nationaux pour des formes, des formats et des thématiques spécifiques qui peuvent être observées le plus souvent sur une longue période.

Marqués par un début de soirée beaucoup plus précoce que dans les autres pays européens (les fortes audiences s'observent dès 19 heures), les palmarès britanniques font la part belle aux feuilletons quotidiens, fondés sur une narration ouverte d'un épisode à l'autre, de multiples intrigues croisées et le réalisme social des situations exposées. Le goût prononcé des Britanniques pour ces programmes de première partie de soirée (à la différence de leurs homologues américains, programmés à la mi-journée) explique également en partie la forte présence des formats courts. Sur les 21 titres distincts placés au cours des quatre années d'observation dans les dix meilleures audiences de la fiction, seules deux productions, Downton Abbey et Sherlock, sont d’une durée de 90 minutes, alors que huit programmes sont d'un format unitaire de 26 minutes.

A contrario, alors que le paysage allemand de la fiction télévisuelle était traditionnellement marqué par le succès des séries médicales (trois d'entre elles figuraient encore dans les dix meilleures audiences de l'année 2009), la tendance observée depuis 2010 semble être au renforcement de la place des téléfilms unitaires, dont trois ou quatre apparaissent chaque année dans le palmarès. Plus globalement, les productions de fiction lourde (90 minutes et plus par programme) constituent désormais la quasi-intégralité des dix meilleures audiences de l'année dans ce pays.

Le palmarès espagnol est, pour sa part, marqué par la prédominance des sujets historiques. Sur les 27 programmes nationaux recensés dans les classements annuels de la période 2009-2012, onze productions étaient consacrées à l'évocation de périodes fondatrices de l'histoire nationale, ou se déroulaient dans le passé. Le contexte tourmenté du XXe siècle dans ce pays, marqué par l'adoption de la République, la guerre civile, la période franquiste et la transition démocratique, sert ainsi notamment de toile de fond aux succès de La Señora, d'Amar en tiempos revueltos et de Cuéntame comó pasó. De la même façon, Isabel ou Aguila roja se déroulent pendant la période centrale des XVe-XVIIe siècles. Par ailleurs et dans une certaine mesure, le public espagnol partage l'intérêt du public britannique pour les feuilletons quotidiens (telenovelas), tels qu'Amar en tiempos revueltos ou Gran Reserva.

Au sein des paysages européens, la situation italienne présente la particularité de valoriser la forme de la mini-série biographique, au détriment des séries, nettement majoritaires dans les autres pays. Sur les 37 programmes distincts recensés dans les dix meilleures audiences des années 2009-2012, vingt relevaient de la forme du téléfilm unitaire ou en deux parties (contre aucun au Royaume-Uni, 3 sur 22 en France, 7 sur 32 en Espagne ou 11 sur 27 en Allemagne). Si la prédominance de ces programmes est un peu moins nette qu'elle ne le fut notamment en 2010 (six des dix meilleures audiences de l'année étaient occupées par des vies de personnages tels que l'impératrice Sissi, le cycliste Costante Girardengo ou saint Augustin), ces biographies romancées ont tout de même représenté les deux meilleures audiences de l'année 2012, avec des programmes consacrés à la Vierge Marie et au juge anti-Mafia Paolo Borsellino. Les séries enregistrent néanmoins un succès croissant, passant de deux programmes classés en 2010 à huit programmes en 2012.

La France constitue le seul pays où une fiction courte, d'une durée de six minutes par épisode (Nos chers voisins), trouve sa place dans les dix meilleures audiences de l'année sur la période étudiée, constituant un signe encourageant d'innovation du secteur sur ses modèles de production, notamment afin de dépasser les difficultés récurrentes à développer des séries longues. Ainsi, une seule série française, Joséphine ange gardien, est parvenue à placer un épisode dans le palmarès sur plus d'une année, contre dix au Royaume-Uni, six en Allemagne, quatre en Espagne et trois en Italie. L'évolution des goûts du public au cours de la dernière décennie peut également s'observer en mesurant la place de la fiction de 90 minutes. L'attractivité de ce format, qui a longtemps constitué le plus performant pour ce qui concerne l'audience en France (en dépit de difficultés à produire pour des cases autres que la première partie de soirée et à trouver des marchés à l'exportation), ne cesse de se réduire depuis 2010 (un seul titre classé en 2012 contre cinq titres en 2010), au profit notamment du 52 minutes (Doc Martin, Profilage, Section de recherches).

Enfin, s'agissant des États-Unis, l'année 2012 a été marquée par l'entrée dans le palmarès des dix meilleures audiences de la fiction d'un programme d'une chaîne câblée, History, avec la mini-série Hatfields and Mc Coys.

En savoir plus