La réception de la TNT par l'antenne "râteau"

Les obligations de couverture de la TNT

Au niveau national et départemental

Les objectifs de couverture de la population métropolitaine sont définis par la loi du 5 mars 2007. Lors de la définition de la liste des émetteurs diffusant la TNT,  le CSA a été soucieux des principes suivants :

  • Un taux minimum de 95 % de la population métropolitaine couverte pour l’ensemble des chaînes de la TNT ;
  • Un taux minimum de population couverte dans chaque département de 91 % pour les chaînes en clair, dans les zones où le taux de couverture en mode analogique atteignait ce chiffre. Ce correctif départemental a été instauré par le Conseil supérieur de l’audiovisuel afin de lutter contre la fracture numérique et garantir un aménagement numérique harmonieux du territoire (dans les départements où la couverture analogique standard est inférieure à 91 %, l’obligation de couverture par la TNT est moindre pour les multiplex. Ceux-ci s’engagent cependant à assurer un taux de couverture égal ou supérieur à celui de l'analogique) ;
  • un taux minimum de population couverte dans chaque département de 85 % pour les chaînes  cryptées.

 

Par multiplex 

En fonction de la nature des chaînes qui les composent, les multiplex n’ont pas les mêmes obligations de couverture. Ces obligations de couverture ont été traduites par le CSA en listes de zones à couvrir par les chaînes :

Le 16 décembre 2008, le CSA a adopté la liste de 1 626 sites à numériser par les multiplex incluant au moins une chaîne historique (R1, R4 et R6) pour atteindre les objectifs de couverture fixés par la loi et par le Conseil.

Les chaînes du multiplex R2 se sont par ailleurs désormais engagées à diffuser sur l’ensemble de ces zones.

 

Pour le multiplex R3, qui diffuse exclusivement des chaînes payantes, seules 1 136 zones doivent être numérisées pour atteindre les objectifs de couverture prévus par la loi.

 

Pour le multiplex R5, qui diffuse exclusivement des chaînes en haute définition, un engagement sur l’ensemble des 1626 zones couvertes par les multiplex R1, R2, R4 et R6 a été pris le 31 janvier 2012. Ce déploiement s’est fait progressivement avec la mise en service de 1210 sites d’ici la fin de l’année 2012. L’allumage des 416 derniers sites, s’effectue de manière synchronisée avec le déploiement des six nouvelles chaînes HD portées par les 2 nouveaux réseaux R7 et R8. Le calendrier de déploiement de ce multiplex est disponible en suivant le lien ci-dessous :

 

Enfin, les deux nouveaux multiplex R7 et R8 qui diffuseront à partir du 12 décembre 2012, 6 nouvelles chaînes HD se sont également engagés à couvrir progressivement 1626 zones.

 

La TNT Outre-mer

Le déploiement de la TNT outre-mer a été au cœur des préoccupations du Conseil supérieur de l’audiovisuel qui préconisait une mise en œuvre à la fois rapide et adaptée aux spécificités des territoires d’outre-mer, conformément aux recommandations du « Rapport sur les modalités de développement de la télévision numérique dans les collectivités d'outre-mer » établi à la demande du Gouvernement et au nom du CSA par M. Alain Méar, alors membre du collège du Conseil.

La télévision numérique terrestre est donc déployée dans les départements ultramarins de la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Mayotte et la Réunion, ainsi qu’à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et-Miquelon, dans les îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie.

Un premier multiplex  - ROM 1 - a été mis en service le 30 novembre 2010. Il comporte jusqu'à 10 chaînes : 8 chaînes publiques (Pays 1ère[1], France 2, France 3, France 4, France 5, France O, France 24, Arte) auxquelles s’ajoute un maximum de deux chaînes locales privées par territoire. A cette même date, la diffusion en mode analogique de TEMPO s’est arrêtée sur l’ensemble des départements et territoires d’outre-mer. En complément, des chaînes locales privées ont été déployées sur d’autres fréquences.

La liste des émetteurs diffusant le multiplex ROM1 outre-mer est disponible ci-dessous : 

La couverture numérique atteint 95% de la population ultramarine, avec des variations par territoire.

 

[1] Nom générique désignant les chaînes locales de France Télévisions desservant chaque territoire ultramarin : Guadeloupe 1ère, Martinique 1ère

Pour aller plus loin :

En savoir plus