L'intensité sonore de la télévision

Glossaire

Programme : un ensemble d’images animées, combinées à du son, constituant un seul élément dans le cadre d’une grille. Un programme peut être par exemple un film, une manifestation sportive, une comédie de situation, un documentaire, un programme pour enfants ou une fiction originale. 

 Auto-promotion : séquence présentant succinctement des images tirées des programmes phares d’une chaîne, constituant en quelque sorte la vitrine de cette dernière.

 Bande-annonce : séquence ayant pour objet d’annoncer la diffusion prochaine, sur l’antenne d’une chaîne, d’un programme déterminé.

 Message publicitaire : selon l’article 2 du décret n° 92-280 du 27 mars 1992 modifié « (…) constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie en vue soit de promouvoir la fourniture de biens ou services, y compris ceux qui sont présentés, sous leur appellation générique, dans le cadre d’une activité commerciale, industrielle, artisanale ou de profession libérale, soit d’assurer la promotion commerciale d’une entreprise publique ou privée ». 

 Volume sonore : ce terme se rapporte tantôt à l’amplitude maximale ou crête d’une séquence audio (cf. télécommande d’un téléviseur), tantôt à la notion sensiblement différente qu’est l’énergie transmise par les haut-parleurs en pression acoustique vers les oreilles du téléspectateur.

 L’intensité sonore perçue est fonction de l’énergie transmise par un son, et traduite par les haut-parleurs en pression acoustique. Cette grandeur conditionne la perception sonore du téléspectateur, laquelle peut varier d’un individu à l’autre, et d’un moment à l’autre.

 L’intensité sonore courte durée correspond à la valeur de l’intensité sonore d’une séquence audio mesurée sur une fenêtre glissante de trois secondes.

 L’intensité sonore moyenne d’une séquence audio est la moyenne des valeurs d’intensité sonore courte durée mesurées du début à la fin de la séquence.

 Les valeurs crêtes sont les valeurs extrêmes entre lesquelles sont inscrites toutes les valeurs instantanées d’une piste sonore. La télécommande d’un récepteur permet d’appliquer un facteur multiplicateur à ces valeurs, ce qui permet de modifier l’intensité sonore perçue, tout en conservant la dynamique sonore de la séquence. À valeurs crête constantes, il est en revanche possible d’obtenir des intensités perçues différentes, en réduisant la dynamique sonore.

La dynamique sonore d’une séquence audio est l’écart entre les valeurs minimale et maximale que peut prendre l’intensité sonore courte durée au cours d’une séquence. Cette valeur n’est pas modifiée lors d’une action par le téléspectateur sur les touches « volume » d’une télécommande, puisque cette opération conserve inchangés les rapports d’intensités sonores courte durée de la séquence mais modifie les valeurs minimale et maximale. Plus la dynamique est élevée, plus le son paraît aéré, et moins il est perçu comme « fort », à valeurs crête constantes par les téléspectateurs. A contrario, plus la dynamique est faible, plus le son paraît comme « fort » au téléspectateur.

La compression dynamique ou réduction de la dynamique sonore d’une séquence audio est un procédé modifiant les valeurs d’intensité courte durée tout en conservant la valeur maximale de façon à augmenter l’intensité sonore moyenne. La séquence est alors perçue comme « plus forte » par le téléspectateur alors que le « volume » fixé grâce à la télécommande reste inchangé.

Une courbe de pondération isosonique permet de calculer la contribution de chaque fréquence constitutive d’un son à l’impression d’énergie sonore qu’il dégage lors de son écoute dans des conditions données. La courbe de pondération qui est retenue pour caractériser cette impression dans le cadre de la mesure l’intensité sonore en télévision est la courbe K.

 

Le paramètre LRA caractérise la distribution statistique des intensités sonores courte durée mesurées dans une séquence audio.

LUFS désigne l’unité de mesure pleine échelle de d’intensité sonore d’une séquence audio selon une courbe de pondération isosonique K. L’échelle LUFS est graduée par pas de 1 LU, équivalent à un pas de 1 dB.

LU désigne l’unité de variation de l’intensité sonore d’une séquence audio.