L’enrichissement de la télévision grâce au numérique

L’enrichissement de la télévision grâce au numérique

Les possibilités offertes par la télévision numérique terrestre (TNT) ne se bornent pas à la simple réplication de l’offre de programmes de la télévision analogique, avec une meilleure qualité d’image et davantage de chaînes. Grâce aux enrichissements que peut apporter le signal numérique, la TNT peut être une plate-forme plus flexible, permettant le développement de l’offre de services diffusés par voie hertzienne terrestre, et de fonctionnalités simplifiant l’expérience de l’utilisateur.

Ce développement est progressif et se doit d’être réalisé sans perturber le bon fonctionnement des services déjà déployés et des fonctionnalités qu’ils offrent (c'est-à-dire en assurant une compatibilité avec les récepteurs TNT présents dans les foyers dès lors qu’ils respectent les normes en vigueur). Le Conseil supérieur de l'audiovisuel travaille donc sur l’enrichissement de la plate-forme hertzienne terrestre en préparant l’introduction de ces nouvelles fonctionnalités notamment au travers du profil de signalisation qu’il définit avec le concours des experts du secteur.

Les perspectives d’enrichissement de la TNT concernent notamment :

  • des services interactifs hybrides (HbbTV) qui établissent un lien entre la TNT et internet au travers d’applications en relation avec les programmes des chaînes, avec l’univers des chaînes, voire sans relation directe avec les chaînes comme dans le cas de portails interactifs ; services dont les modalités d’affichage peuvent être diverses, allant de la surimpression ou le partage d’écran avec les chaînes auxquels ils sont liés jusqu’à l’utilisation exclusive de l’écran principal ou bien la liaison avec un écran secondaire, parfois appelé compagnon (tablette, etc.)
  • un guide électronique des programmes (GEP) fournissant des informations sur le programme en cours et à venir, voire avec une visibilité sur une période plus longue pour faciliter la navigation dans l’offre de services audiovisuels, voire la programmation d’enregistrements personnels. Un guide électronique des programmes enrichi permettrait, par exemple, une brève description des programmes à venir ou encore l’accès à la télévision de rattrapage tout en rappelant l’âge minimal recommandé pour chaque programme selon la signalétique jeunesse du CSA et permettant ainsi de tirer le bénéfice des systèmes de filtrage automatique des contenus normalement présents dans tous les récepteurs, par exemple si des parents souhaitent s’assurer que certains programmes ne puissent être vus par leurs enfants s’ils dépassent un certain niveau de signalétique ;
  • des enrichissements supplémentaires : piste sonore en version originale avec la possibilité d’un sous-titrage en français ou dans une autre langue, d’un son multi-canal 5.1 spatialisé, une piste de sous-titrage à destination des personnes sourdes ou malentendantes, une piste d’audiodescription à destination des personnes aveugles ou malvoyantes, etc. ;

-       d’autres services à forte audience : distribution de journaux électroniques, de contenus audiovisuels ou non, susceptibles d’être enregistrés pour une consultation ultérieure sur des terminaux adaptés, dès lors qu’ils rassemblent une audience suffisante pour que les coûts de distribution soient moins importants à travers un système de radiodiffusion (point à multipoint) qu’à travers des réseaux de communication électronique (plus généralement point à point) sur lesquels la multiplication de la diffusion d’un même contenu à destination de multiples utilisateurs est particulièrement consommatrice d’une ressource rare et chère ;

-       d’autres conditions de réception : pour des contenus à forte audience, éventuellement avec des stratégies de stockage temporaire en fonction de centres d’’intérêt préalablement renseignés, une stratégie de distribution en radiodiffusion peut être moins coûteuse qu’à travers les réseaux dits «mobiles»