Le RDS sur les radios FM

Les fonctionnalités du RDS

RDS sur les radios FM

Le débit du RDS est très faible, avec une valeur légèrement supérieure à 1 kbit/s (à comparer avec ce qui est prévu pour la radio numérique terrestre (RNT), qui est 100 fois plus élevé, ou à ce qui existe en ADSL, qui est environ 10 000 fois plus élevé). Les fonctionnalités du RDS sont donc limitées à des applications qui font appel à des données dont le codage requiert uniquement quelques dizaines de bits répétés très régulièrement.

Les fonctionnalités essentielles

Les fonctionnalités les plus répandues au niveau des postes FM qui prennent en charge le RDS, notamment les autoradios mais également, plus récemment, les téléphones portables et les postes de radio numérique qui disposent d’un écran alphanumérique, sont les suivantes :

  • la transmission du nom de la station sur 8 caractères (code PS - Program Service name). A titre indicatif, la norme RDS prévoit qu’environ 35% du débit du RDS y soit consacré, de manière à ce que le nom de la station puisse s’afficher dans un délai d’une seconde après la sélection d’une station FM ;
  • la transmission d’une liste de fréquences correspondant à des émetteurs voisins diffusant également la station en cours d’écoute (code AF – Alternative Frequency). Associée à l’identifiant RDS unique attribuée par le Conseil à chaque station (code PI – Program Identifier), cette liste permet aux autoradios en mouvement d’assurer la continuité de l’écoute d’une station même si la fréquence d’une station FM change d’une zone géographique à une autre.
  • la transmission d’informations relatives aux programmes d’information routière (code TA/TP – Traffic Program / Traffic Announcement). Cette fonctionnalité permet à une station d’informer les postes FM compatibles qu’une annonce routière est à l’antenne. Selon la configuration de l’autoradio du conducteur, celui-ci peut commuter automatiquement de la lecture d’un CD à la sélection de la dernière station écoutée ou augmenter le volume sonore de la station en cours d’écoute pendant la durée de cette annonce routière.

Les fonctionnalités avancées

En complément des fonctionnalités essentielles du RDS, d’autres fonctionnalités, plus avancées, sont également prévues par la norme RDS. Bien que ces fonctionnalités existent depuis plusieurs dizaines d’années, certaines connaissent encore une intégration progressive au niveau des autoradios en souffrant parfois d’une mauvaise ergonomie et d’une méconnaissance de la part des utilisateurs. En outre, certaines fonctionnalités sont aujourd’hui technologiquement dépassées alors que d’autres se créent pour répondre à de nouveaux usages (par exemple RT+, introduit en 2008, qui permet la diffusion d’informations destinées à l’affichage, sur certains baladeurs numériques, du nom du morceau de l’œuvre en cours de diffusion, de l’album et de l’interprète). Parmi les nombreuses fonctionnalités étendues du RDS, on trouve notamment :

  • la transmission de messages d’une longueur pouvant atteindre 64 caractères (RT – Radio Text). Ces messages textuels diffusés pour enrichir les programmes sonores de la station viennent couramment s’afficher en complément du nom de la station sur les écrans disposant de plus de deux lignes alphanumériques. Les récepteurs RDS reconstituent le message textuel envoyé par la station avant de le proposer à l’utilisateur automatiquement ou à sa demande, en faisant parfois appel à un défilement sur l’écran du poste FM lorsque le nombre de caractères du message dépasse le nombre de caractère que l’écran peut afficher. En attendant la généralisation de cette fonctionnalité au niveau des récepteurs FM, un usage « détourné » de la fonctionnalité de transmission du nom de la station (le code PS, décrit précédemment), est temporairement autorisé par le Conseil dans un cadre expérimental depuis le 19 mai 2011 complété et prolongé d’une année supplémentaire le 12 juin 2012. Les radios qui se déclarent auprès du Conseil peuvent ainsi transmettre une succession de messages de 8 caractères en lieu et place du nom de la station. Cette pratique est appelée « code PS défilant » et permet aux récepteurs non compatibles avec la fonctionnalité « Radio Text » de tout de même afficher des messages plus riches que le simple nom de la station. Cependant, seule une diffusion de messages textuels en mode « Radio Text » sera maintenue à terme, puisque le défilement du code PS, hors norme, est susceptible de générer des dysfonctionnements sur les postes FM (lors du classement alphabétique des radios, par exemple), en plus de ne pouvoir être totalement désactivé par l’auditeur.
  • le basculement automatique (et temporaire) d’une station vers des annonces routières sonores diffusées par une autre station de radio (EON – Enhanced Other Networks –, en association avec la fonctionnalité de transmission d’informations relatives aux programmes d’information routière, déjà présentée). Par exemple, cette fonction permet aux auditeurs qui le souhaitent, en activant la fonction de leur autoradio (parfois indiquée comme « EON » ), de suivre le programme d’une station généraliste ou musicale tout en étant automatiquement informé des annonces routières relayées par la station d’autoroute correspondant à son parcours. Ce basculement requiert une synchronisation entre la diffusion sonore d’une annonce routière par une station et la diffusion d’informations EON sur le signal FM en cours de réception. Cette fonctionnalité est donc uniquement disponible pour les stations ayant mis en place un partenariat avec une station diffusant des annonces routières qui, en outre, consentent à un basculement temporaire de leur audience.
  • la transmission d’informations relatives à l’état du trafic sur le réseau routier (TMC – Traffic Message Channel). Avec l’important développement des récepteurs GPS, l’accès à une source de données dynamique pour une information préventive de l’automobiliste au sujet de bouchons, de zones de travaux ou encore d’accidents constitue un complément d’aide à la conduite. Le réseau hertzien formé par les sites de diffusion des stations FM offre une bonne couverture du territoire français tout en permettant la diffusion d’informations géo-localisées à une échelle locale. Ces informations peuvent être reçues par certains GPS, qui les utilisent ensuite pour les afficher à l’écran et pour calculer des itinéraires alternatifs en cas de perturbations du réseau routier.

Plus généralement, toutes sortes de données peuvent potentiellement être transmises au travers de la sous-porteuse RDS d’un service de radio FM. La norme prévoit, par exemple, le principe des applications ouvertes (ODA – Open Data Applications) ou des canaux transparents (TDC – Transparent Data Channels). Toutefois, tous ces usages restent limités par le débit important que requiert la combinaison des fonctionnalités essentielles du RDS (nom de la station, suivi d’une station, etc.) à quelques fonctionnalités avancées qui viennent enrichir les services de radio (le Radio Text par exemple). En outre, l’usage de la sous-porteuse RDS par les services de radio FM autorisés par le Conseil reste soumis à la régulation prévue par la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, ainsi qu’à la règlementation existante.