Alimentation et activité physique saines : 5 fois plus de programmes télévisés en 7 ans

Date de publication : lundi 16 octobre 2017


Rapport d'application de la charte alimentaire - exercice 2016

En 2016, ont été diffusées 2 174 heures d’émissions consacrées à une alimentation et une activité physique saines à la télévision. C’est 5 fois plus qu’en 2009, date de la mise en place par le CSA de la charte alimentaire. Ce chiffre, publié dans le dernier Rapport d’application de la charte alimentaire du CSA, confirme l’implication constante et croissante des chaînes et du secteur publicitaire au service de la santé.

 

 

Encore plus de programmes favorables à la santé à l’antenne

Entre les magazines dédiés ou les reportages dans les émissions, les programmes jeunesse, les séries éducatives, les messages sanitaires, la mention du site www.mangerbouger.fr, un total de 2 174 heures d’émissions (hors chaînes locales) promouvant une alimentation et une activité physique favorables à la santé a été diffusé l’année dernière à la télévision. Cela représente 399 heures de plus qu’en 2015, soit une progression de 22 %.

En tête du palmarès des chaînes les plus impliquées, se distinguent celles du groupe France Télévisions, celles à destination de la jeunesse et les locales (pourtant non soumises à un volume de programme).

Besoin de nouveautés

Dans son rapport, si le CSA prend acte de ces résultats positifs, il regrette néanmoins que certaines chaînes aient réduit la durée de ces programmations même si les volumes minimaux pour lesquels elles se sont engagées restent respectés.

Par ailleurs, le CSA souligne que certains programmes sont diffusés en même temps sur plusieurs chaînes. C’est le cas par exemple du dessin animé Les Défis d’Alfridge, proposés par TF1, TMC, NT1, France 3, France 4, France 5, M6, 6 TER, NRJ 12, Chérie 25, Piwi+,Télétoon+ et les chaînes jeunesse des groupes Lagardère Active et Disney Télévision France. C’est aussi le cas de A table les enfants, de A table T’choupi, de Bande de sportifs, ou encore de En grande forme. Si cette pratique leur offre une meilleure visibilité et une meilleure exposition, elle entraîne aussi un manque de diversification et de renouvellement de ces contenus.  

En lien avec le Comité d’experts Santé, le CSA note de plus qu’une nouvelle campagne publicitaire télévisée de Santé Publique France serait utile sur le sujet. La dernière date en effet de plusieurs années et ce pourrait être l’occasion de mettre en place un nouveau message, plus en adéquation avec les enjeux actuels.

Les effets positifs de la charte alimentaire

Chaque année depuis 2009, le CSA publie un bilan des actions des 36 chaînes de télévision en faveur d’une alimentation et d’une activité physique favorables à la santé. Signataires de la charte alimentaire aux côtés d’acteurs du secteur publicitaire et de Santé Publique France notamment, ces chaînes se sont engagées, en concertation avec le CSA,  à diffuser des programmes et des publicités promouvant une bonne hygiène de vie.

Une étude[1] réalisée par la régie publicitaire du groupe Lagardère Active, notamment sur le programme Ruben et les ptites Toques, confirme l’efficacité des actions de la charte alimentaire :

  • 76% des parents interrogés ayant un enfant de moins de 15 ans déclarent mettre en pratique les messages sanitaires,
  • 66% des enfants et 87% des parents ayant un enfant de moins de 15 ans déclarent que l’émission Ruben et les ptites toques donne envie de manger sainement.

[1] Etude sur la perception par les enfants et leurs parents des messages sanitaires et des programmes qualitatifs conformes à la charte, réalisée du 16 au 21 juin 2016 -500 répondants âgés de 25 à 64 ans représentatifs de la population française.

 

 

 

 

Sur le même sujet

Consultez les pages du site du CSA sur la charte alimentaire