Propos sur l’attentat survenu en avril 2017 sur les Champs-Élysées : intervention auprès de CNews

Date de publication : jeudi 05 octobre 2017
Assemblée plénière du 26 juillet 2017

Le CSA a été saisi de propos tenus sur l’antenne de CNews, le 21 avril 2017, par un intervenant qui commentait la fusillade survenue la veille sur les Champs-Elysées et au cours de laquelle un policier a perdu la vie. Les plaignants regrettaient que cet intervenant ait affirmé que « 27 % des Français musulmans se réclamaient de l'idéologie de l’État islamique et 50 % des jeunes musulmans des cités », citant une enquête de l'Ifop pour l'Institut Montaigne.

L'article 2-2-1 de la convention conclue entre le Conseil et CNews prévoit que « l’éditeur est responsable du contenu des émissions qu'il diffuse. II conserve en toutes circonstances la maîtrise de son antenne ». Par ailleurs, en vertu de l'article 2-3-3 de cette même convention, « l’éditeur veille dans son programme : (...) à respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public ; à ne pas encourager les comportements discriminatoires en raison de (…) la religion ou de la nationalité ; à promouvoir les valeurs d'intégration et de solidarité qui sont celles de la République (...) ».

Le CSA a constaté que l'intervenant avait fait une citation erronée de certaines données figurant dans l'enquête précitée. Il a par ailleurs relevé qu’au cours de l'émission, certains propos litigieux n'avaient été discutés ni par le journaliste, ni par les contradicteurs présents sur le plateau et n'avaient pas non plus fait l'objet d'une vérification.

Dans ces conditions, le Conseil a considéré que cette extrapolation, en particulier au sein d'une émission spéciale consacrée à un acte terroriste commis la veille en France et revendiqué par le groupe État islamique, s’accordait peu avec l'obligation de promotion des valeurs d'intégration et de solidarité qui sont celles de la République, laquelle figure à l'article 2-3-3 de la convention de CNews. II a par ailleurs estimé que l'absence de réaction à de tels propos constituait une insuffisance de maîtrise de l’antenne, en contravention avec les dispositions de l’article 2-2-1 de la convention de CNews.

Au regard de la teneur des propos tenus, susceptibles de donner lieu à des amalgames, le CSA a demandé aux responsables de la chaîne de veiller à mieux respecter les stipulations précitées de la convention de CNews.