Bilan quadriennal des résultats de la société France Télévisions

Communiqué du mercredi 10 décembre 2014

La loi du 15 novembre 2013 relative à l’indépendance de l’audiovisuel public a conféré au Conseil supérieur de l’audiovisuel la mission de nommer, pour cinq ans, les présidents des sociétés nationales de programme. Parallèlement, le législateur lui a confié le soin de rendre, quatre ans après le début du mandat des présidents, un avis motivé sur les résultats des sociétés nationales de programme, au regard de leur projet stratégique. Cet avis doit être transmis aux commissions permanentes compétentes de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Au regard de ces dispositions, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a établi le bilan de la société France Télévisions pour la période 2010-2014.

Le Conseil a porté une attention toute particulière au respect des dispositions inscrites dans le cahier des charges du 23 juin 2009 et le contrat d’objectifs et de moyens de novembre 2011, modifié en novembre 2013, et qui couvre maintenant la période 2013-2015. Il a également pris en compte les éléments rassemblés dans le document public produit par France Télévisions, intitulé « Conquête et reconquêtes » et fixant les objectifs du groupe pour la période 2011-2015.

L’avis rendu par le Conseil est aussi l’aboutissement de son observation de l’activité de France Télévisions au cours de ces quatre dernières années, effectuée dans le cadre des missions que la loi lui a confiées. Les précédentes prises de position du Conseil ont été formulées à l’occasion des bilans annuels du groupe, dans ses études (pour l’année 2013, l’étude relative à « L’exposition des programmes culturels sur les antennes de France Télévisions – Etat des lieux et perspectives ») ou encore dans ses avis sur le contrat d’objectifs et de moyens de l’entreprise publique, son avenant et son exécution.

Le Conseil a estimé indispensable de recueillir différentes analyses par des auditions et contributions. Ont ainsi été entendus les principaux syndicats professionnels des acteurs de l’audiovisuel. Le Conseil a multiplié les échanges avec les principaux responsables de France Télévisions, notamment sur les questions relatives aux programmes culturels, à la gestion des ressources et des effectifs ainsi que sur les enjeux propres à chaque chaîne. Il a auditionné M. Rémy PFLIMLIN le 24 septembre 2014.

Dans son appréciation le Conseil a tenu compte du contexte actuel et passé du secteur de l’audiovisuel, notamment l’instabilité et la réduction des ressources publiques affectées à France Télévisions, la situation dégradée des investissements publicitaires et une concurrence accrue. Ces éléments ont pesé négativement sur l’activité du groupe.

La direction de France Télévisions a la charge d’un groupe soumis à de nombreux impératifs parfois contradictoires et de multiples contraintes héritées de son histoire. Les actions entreprises depuis quatre ans se sont inscrites dans une perspective de long terme et, pour certaines d’entre elles, ne porteront pleinement leurs fruits que dans quelques années. 

A cette aune, le Conseil estime que plusieurs objectifs de la société France Télévisions ont été atteints. 

Il salue la préservation d’une audience significative et l’affirmation d’une offre d’information abondante et de qualité appuyée sur des magazines d’investigation qui constituent désormais une caractéristique de l’offre de France Télévisions.  

Le Conseil souligne le maintien d’un important investissement en faveur de la création et la signature des accords dans les trois domaines de la production patrimoniale de fiction, de documentaire et d’animation. Il relève également le développement significatif des activités numériques du groupe.

Le Conseil salue l’obtention du label diversité et les progrès accomplis en matière de droits des femmes.

Il constate le franchissement d’étapes significatives dans la construction de l’entreprise unique, notamment par la signature de la convention collective et la concrétisation en cours des systèmes d’information unifiés.

Pour autant, le Conseil observe que certains objectifs n’ont pas été entièrement atteints.

Il estime tout d’abord que la qualité de certains programmes (hors information) proposés par France Télévisions ne lui permet pas encore de se différencier assez nettement de l’offre des chaînes privées. Le Conseil appelle de ses vœux davantage de renouvellement et d’innovation, notamment dans la fiction, ce qui permettrait d’atteindre plus aisément l’objectif de rajeunissement de l’audience. France Télévisions gagnerait sans doute à affirmer aussi une ambition plus grande en matière de programmes culturels, trop souvent relégués à des horaires tardifs.

Concernant l’offre de programmes des différentes chaînes du groupe, le Conseil estime indispensable une clarification des lignes éditoriales, qui permettrait une meilleure coexistence de France 2 et France 3, en limitant la concurrence interne et en recherchant la conquête de nouveaux publics. Le Conseil suggère également des évolutions sur l’avenir, encore marqué par l’incertitude, de France 4 et de France Ô. Par ailleurs, le Conseil ne peut que regretter l’absence de réforme de France 3 régions qui constitue pourtant un enjeu éditorial et budgétaire majeur pour France Télévisions.

Le Conseil a relevé une répartition des responsabilités insuffisamment précise à l’intérieur du groupe.

Enfin, le Conseil encourage France Télévisions à renforcer sa politique de maîtrise des coûts, notamment ceux des moyens internes de production, et à accompagner ce mouvement par une exigence accrue en matière de transparence.

Le Conseil salue l’action des personnels du groupe, garants essentiels du service public.

Le Conseil a enfin dégagé des orientations en vue de la promotion du service public audiovisuel dans un contexte de pression croissante sur la dépense publique.

 

Consultez ci-dessous le texte du bilan du CSA.

 

Contact presse : Frédérique Bayre / Clara Martin / Lucile Mahe des Portes - 01 40 58 36 29
service.communication@csa.fr